Archives par mot-clé : université

D’hier à aujourd’hui : retour dans mon passé.

Jack Nicholson, Shining, Stanley KubrickCe soir, j’ai bien besoin de m’occuper l’esprit. Et ça tombe bien, il y a quelques jours, j’ai demandé à la fée qui tient ce blog de bien vouloir me renvoyer dans le passé, comme on l’avait fait pour elle dans cet article. Et elle m’a rendu mes quinze ans, le temps d’un tag surnommé d’hier et d’aujourd’hui. Je vais donc me replonger en 2006 et répondre à quelques petites “questions” qui vous permettront d’en apprendre un peu plus sur moi (ceci dit, je m’excuse par avance parce que s’il est bien une chose que je fais mal, c’est bien parler de moi).

PS: Le Jack Nicholson, à côté ? C’est pour aller avec mon humeur du soir.

C’est parti ! En 2006 :

– Ce que je conduis : Et bien, rien parce qu’en 2006, j’ai quinze ans. Je passe du collège au lycée alors je ne suis pas encore en âge d’avoir une voiture, vous vous doutez bien.

– Où je vis : Chez mes parents, dans un village paumé du Nord. Je suis fille unique et je m’ennuie prodigieusement parce que je n’ai pas le moindre ami dans le secteur (il faut dire que contrairement à tous les enfants du village, je vais à l’école dans la ville d’à côté parce que ce sont mes grands-parents qui me gardent à l’époque et depuis toute petite). En fait, mon univers, c’est internet. Je suis une belle nolife.

– Où je travaille : En 2006, je quitte la 3e pour entrer en 2nde. Pas facile parce que j’ai enfin réussi à m’intégrer un minimum dans ma classe de collège, ce qui est une première pour moi. Avant ça, j’étais constamment harcelée par mes camarades et le problème ne s’était réglé qu’à la fin de ma 4e quand un ami (mon chéri, aujourd’hui, d’ailleurs, c’est là qu’on voit que nous deux, ça date quand même) m’avait enfin décidée à cracher le morceau. Le harcèlement durait depuis la primaire, autant vous dire que j’ai subi ! (j’encourage d’ailleurs vivement les élèves qui vivraient un cauchemar semblable à ne surtout pas suivre mon exemple et à parler le plus tôt possible du moindre problème de ce genre. Je suis bien placée pour savoir, aujourd’hui, à quel point cela peut nous gâcher la vie, encore des années plus tard !).
Je perds mon grand-père peu avant le passage du brevet. Je n’entame donc pas le lycée sous mon meilleur jour et j’avoue que je suis bien décidée, avant même la rentrée, à n’adresser la parole à personne. Je ne suis pas d’humeur à parler à qui que ce soit parce que je ne me sens pas capable du moindre effort de sociabilité (d’autant que ça n’est déjà vraiment pas mon fort en temps normal)… Finalement, je suis surprise de me faire des amis assez naturellement, pour la toute première fois de ma vie. Des amis avec lesquels j’entretiens encore des contacts aujourd’hui, d’ailleurs. Je me surprends même à être assez sûre de moi, les premiers temps, car ce changement d’univers me plaît. Au premier trimestre, je surprends tous mes professeurs trop sûrs de leurs statistiques : je viens d’une ZEP et je finis sans problème 1ère de ma classe de pseudo-surdoués. Ca ne dure malheureusement pas parce que ma vie privée ne suit pas. Comme j’accumule les nuits blanches, je finis l’année sur les rotules, avec des notes bien moins bonnes que celles avec lesquelles j’avais commencé et celles que j’aurais pu avoir. Mais bon, c’est comme ça ! A force, je me suis fait une raison.

– Qui est dans mon coeur :  Je rencontre au cours de l’année, sur internet, celui qui deviendra mon copain durant quatre ans. Mais mon coeur, lui, est toujours ailleurs, aux côtés d’un autre, que je pense avoir perdu pour de bon (boarf, j’ai le défaut d’être tenace et un peu trop romantique, faut croire). C’est triste mais, ne voulant absolument pas être seule, je me contente de cet amour qui n’en est pas un et qui se terminera très mal, quatre ans plus tard. A moins que…

Mon groupe favori : Indochine, déjà ! Je les vois en concert pour la première fois cette année là, en décembre, à Bercy. J’y retrouve celui qui hante mon cœur de fleur bleue indécrottable et malgré la tristesse que je ressens de ne pas pouvoir être à ses côtés comme je le souhaiterais, je profite du concert à fond parce qu’il est prêt de moi et que c’est déjà magique. En rentrant, après ce concert, je pleurs toutes les larmes de mon corps, accumulée depuis trop longtemps. Le lendemain, je suis malade à crever et je m’écrouler dans les couloirs du lycée, pitoyable. Mais ce concert… Je me souviens encore de sa force et, ça, c’est une excellent souvenir.

– Mon Hobby : J’écris beaucoup, je dessine, je peins. Mais à mon arrivée au lycée, je n’ai pas le courage de m’inscrire en Arts Plastiques… D’autant que j’ai perdu mon grand-père et que c’est à ses côtés que j’ai appris à créer. Je choisis l’option Japonais et je le regrette amèrement toute l’année ! Finalement, je m’arrange pour avoir de mauvaises notes et je parviens à changer d’option pour l’année suivante. Heureusement, étant donné mon parcours actuel ! Aucun regret, donc, au contraire.
A côté de ça, comme je passe le plus clair de mon temps sur internet depuis déjà plusieurs années, je continue à squatter pas mal de forums de jeu de rôle et de MMORPG. Entrer dans la peau de différents personnages me fait oublier un quotidien pas très rose. C’est une véritable thérapie. A l’époque, je crois que je passe beaucoup de temps sur Ragnarok, notamment o/.

Bref, voilà pour 2006. Une année pas très joyeuse de ma vie, il faut bien l’avouer. Une des pires, sans doute, à bien y réfléchir. Je crois que j’ai accumulé pas mal de trucs moches, à cette période-là. Mais récapituler tout ça me montre que je posais finalement déjà les bases de ma vie actuelle. C’est très étrange à remarquer et je ne m’y attendais pas vraiment. Ce tag est plutôt constructif, en fait ! :D
La preuve, maintenant, en revenant à aujourd’hui :

– Ce que je conduis : Je ne conduis toujours rien ! Je n’ai toujours pas passé le permis. Je me désintéresse totalement de ce bout de papier et, de toute façon, je n’ai pas les moyens d’avoir une voiture. Du coup, c’est tram, train, métro, bus… Peu importe.

– Où je vis : Je n’ai de toute façon pas besoin de voiture parce que je vis maintenant en ville ! J’ai à proximité de chez moi tout ce qu’il me faut pour aller où bon me semble. Et, de toute façon, je suis toujours une nolife alors je ne bouge pas beaucoup o:

– Où je travaille : Ici ! Sur mon Studinano adoré, mon site, mon bébé numérique et tous les travaux qu’il contient. Et je n’aurais pourtant pas parié là-dessus en 2006 ! (de toute façon, je n’aurais parié sur rien, en 2006). J’ai bien fait, en ce temps-là, de changer d’option au lycée : je suis maintenant en deuxième année de Master Recherche en Arts Plastiques et même si je suis toujours aussi stressée, au moins je m’épanouis dans ce que je fais. J’adore la recherche ! J’écris, je réfléchis, j’argumente, je démontre et je crée à partir de tout ça. Bref, c’est tout ce qu’il me fallait ! (bon, okay, tout n’est pas si rose, mais quand je compare avec 2006, je me dis que je m’en sors plutôt très bien o/).

– Qui est dans mon coeur :  Devinez quoi ? Le fameux garçon que je pensais avoir perdu, en 2006, est désormais celui avec lequel je vis depuis déjà un an. Nous avons un chez nous, un chaton adorable (dont je vous parle un peu plus longuement à la fin de cet article) et une machine à dosettes (détail important !). Autant vous dire que, de ce point de vue, je suis la fille la plus heureuse du monde. Et, ça non plus, je ne l’aurais VRAIMENT pas parié en 2006, bien au contraire !
J’en profite d’ailleurs pour remercier mon ex, celui rencontré en 2006, et qui m’a plaquée lâchement du jour au lendemain, après 4 ans de relation : c’est peut-être un peu grâce à toi que je suis avec celui que j’aime vraiment, aujourd’hui :)

Mon groupe favori : Indochine, encore ! Depuis 2006, je les ai revu plusieurs fois en concert et je n’ai jamais regretté. Quand je vais mal, je les écoute. Quand je dois me motiver à aller en cours, je les écoute. Quand je devais me manger 6h de transport aller/retour pour aller à la fac, durant ma licence, je les écoutais aussi. Bref, c’est Indo ma vie, ça on le sait ! ;)

– Mon Hobby : Et bien, de ce point de vue là, ça n’a pas beaucoup changé. Je dessine et je peins beaucoup plus sérieusement. J’écris aussi beaucoup plus sérieusement, études oblige. Et puis, je joue avec mon chaton, je sors boire des verres avec mon amoureux, je surfe toujours autant sur le web, et je trouve ça bien.

Je conclurai cet article (je pensais qu’il serait bien plus larmoyant que ça et que je trouve finalement assez optimiste, ce qui est plutôt étrange venant de moi o/) avec une photo prise cette semaine avec ma boule de poils, mon chaton nommé Yoshi. Il est arrivé chez nous il y a un mois à peine. Il avait été abandonné dans un égout et c’est finalement une association, près de chez nous, qui l’a recueilli avant nous. Nous l’avons appelé Yoshi, comme le personnage de jeu vidéo (bah, on est des geeks ou on ne l’est pas) mais aussi et surtout parce que nous avons trouvé que cela signifiait “chance”. Et de la chance, lui comme nous en avons bien besoin. Je crois que, finalement, nous nous sommes très bien trouvés, tous les trois et nous formons une drôle de petite famille qui me plaît beaucoup et m’apporte beaucoup de joie :)

D’ailleurs, ça tombe bien, c’est Caturday ! :D

Mon chat et moi
Yoshi, mon chaton, et moi (sous mon meilleur profil, n’est-ce pas ?).

Si vous souhaitez être tagué à votre tour, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ;)

Le Lion de Monzón – Département des Arts de l’Islam au Louvre

La situation autour des diverses manifestations islamistes de ces derniers temps me rend bien triste. C’est pourquoi, aujourd’hui, je choisis de plutôt vous parler de ce qui fait la grandeur de cette culture à travers l’ouverture, ces jours-ci, du nouveau département des Arts de l’Islam au Louvre. Nous allons nous intéresser à une œuvre du département en particulier : le Lion de Monzón.

Je suis une grande admiratrice des créations de cette période et de cette partie du monde. En la parcourant, on découvre des jardins fabuleux et des palais, des mosaïques colorées, une décoration orientale digne des contes des Mille et une nuits et des œuvres d’art qui, globalement, foisonnent de détails. Les artistes de cette période sont des maîtres de l’enluminure et, contrairement à ce qui est beaucoup dit aujourd’hui, il n’est pas interdit de représenter l’Homme, dans leur culture. Seulement, Dieu ne doit pas être représenté avec un visage humain. Dieu est le verbe, le mot, l’écriture. C’est pourquoi la calligraphie arabe recouvre nombre de créations, pour le bonheur des amateurs et des connaisseurs car elle est très belle.

Selon Sophie Makariou, la directrice du département, rappelant que les collections du Louvre sont destinées aux visiteurs du monde entier, « l’idée est un partage très large de cet art qui est notre héritage à tous ». Car, ne l’oublions pas, toute notre civilisation moderne doit beaucoup à la culture islamique.

Lion de Monzón
Lion de Monzón
12e-13e siècle, Espagne
Bronze moulé, décor gravé
H. 31, 5 cm ; L. 54, 5 cm
Musée du Louvre, Paris, France

Ici, je vous propose donc de voir le Lion de Monzón (du nom de Monzón de Campos, dans la province de Palencia en Espagne, où l’objet a été trouvé), que je trouve très intéressant. “Sa datation et son lieu de fabrication ont été diversement estimés” nous explique-t-on cependant sur le site du Musée du Louvre. “L’étude de l’épigraphie contribue pourtant à en situer la fabrication au 12e/13e siècle : on remarque par exemple la partie supérieure en forme de « col de cygne » de certaines lettres, typique des écritures de cette époque en al-Andalus.”

La Cathédrale Notre-Dame de Paris
La Cathédrale Notre-Dame de Paris

Pour vous donner un ordre d’idée, c’est au cours du XIIe siècle que débute la construction de la Cathédrale Notre-Dame de Paris (1163-1345). Car c’est à cette période que l’Art Gothique apparaît et se développe. C’est également au XIIe siècle que la mosquée Koutoubia de Marrakech (au Maroc, comme le précise si justement la pub… #RéférenceAntiCulturelleBonjour) sort de terre (1120-1196). Pour ces raisons, et pour de multiples autres, on parle d’un siècle de Renaissance (à ne pas confondre avec la période de la Renaissance la plus “connue”, qui s’étend du XIVe au XVIe, qui marque la transition entre le Moyen Age et l’Epoque Moderne). Nous sommes, ici, toujours en plein Moyen Âge et en pleine période des Croisades, notamment.

 

Vues de la mosquée Koutoubia.
Vues de la mosquée Koutoubia.

Le XIIIème siècle est, quant à lui, marqué par la naissance de grandes universités en Europe : celle de Salamanque, mais aussi d’Oxford ou Cambridge. En 1257, c’est au tour du collège de Sorbonne d’être fondé à Paris. Et même s’il faudra attendre le XVe siècle pour voir s’accomplir ce que nous appelons les “Grandes Découvertes” (celle de l’Amérique, notamment, par ce cher Christophe Colomb), Marco Polo voyage déjà jusqu’en Chine à la fin du XIIIème siècle.

On peut voir, à travers un objet comme le Lion de Monzón, à quel point l’imaginaire et, surtout, sa représentation, occupe une grande place dans l’art islamique comme dans l’art de toute cette période. Il faut dire qu’au cours de ces siècles les cultures s’entrecroisent, se mélangent, s’inspirent les unes des autres… La mondialisation est déjà là ! Mais encore dans ce qu’elle apporte de bon : le partage des savoirs, des connaissances, des compétences… (Les guerres ne sont jamais loin, malheureusement.)

Au final, c’est un animal étrange, pas vraiment un lion en dépit de son “nom”, qui est représenté. Il faut dire qu’à la base, il s’agit là d’une bouche de fontaine. Et on distingue, en effet, un trou dans le ventre de l’animal, sorte de chimère ou d’être hybride, où l’eau devait arriver avant d’être expulsée par sa bouche béante et moustachue.

Lion de Monzón
Lion de Monzón
12e-13e siècle, Espagne
Bronze moulé, décor gravé
H. 31, 5 cm ; L. 54, 5 cm
Musée du Louvre, Paris, France

On remarque également que son corps est entièrement sculpté, de manière fine et délicate. Il semble s’agir de bénédictions ou de vœux probablement destinés au propriétaire de la fontaine : “Baraka kamila/Na’ima shamila (bénédiction parfaite, bonheur complet)”, toujours d’après le site du musée.

C’est une véritable œuvre d’art et, surtout, “une des rares œuvres en métal de cette époque conservée pour tout l’occident islamique”, peut-on encore lire dans la notice de l’œuvre. “On ignore l’origine de la plupart des animaux de bronze conservés dans les musées d’art islamique. De ce point de vue, cette pièce est exceptionnelle.” Et elle est le témoignage d’un goût pour les beaux objets qui ne date pas d’hier.


Sources : Musée du Louvre
CultureBox, France TV Info : Promenade en terres d’Islam au Louvre