Archives par mot-clé : photographe

Le Père Noël voyage à travers l’Histoire de l’Art grâce à Ed Wheeler

Oh, oh, oh !
J’espère que vous avez été sages, cette année ! Car aujourd’hui nous allons parler, une fois encore (car je l’avais déjà fait ici) du monsieur tout vêtu de rouge censé vous apporter vos cadeaux ce soir… Le Père Noël bien sûr !

L’an dernier, il avait été surtout question d’ange de Noël avec une très belle œuvre de Gustave Doré. Cette année, c’est une œuvre beaucoup plus contemporaine dont j’ai envie de vous parler. Celle de Ed Wheeler. Et pourtant, vous allez voir que nous allons quand même faire de sacrés bonds dans le temps avec lui et voyager à travers l’Histoire de l’Art.

Déjà, Ed Wheeler, c’est qui ?

Ed Wheeler est un photographe américain qui est loin de passer son temps à se déguiser en Père Noël. Il travaille essentiellement pour des entreprises américaines. Sur son portfolio officiel, vous pourrez donc trouver tout un tas de photographies de laboratoires ou de chantiers, par exemple.

Et pourtant, Ed Wheeler est aussi à l’origine d’un projet beaucoup plus fun : se déguiser en Père Noël et intégrer son image dans des peintures célèbres de l’Histoire de l’Art.

Ed Wheeler : le Père Noël fou !

Le Père Noël serait-il un Time Lord, comme un célèbre Docteur anglais ? (Doctor Who ?) C’est ce qu’on peut s’amuser à imaginer en le voyant prendre place dans certaines des plus grandes œuvres de l’histoire de l’art. Il traverse ainsi le temps, les époques, les styles… comme une certaine blue box de la série anglaise. On le retrouve ainsi chez le Caravage, Léonard de Vinci, Magritte, Manet, Monet, Botticelli, David, Vermeer, Rembrandt, etc.

Le décalage créé nous donne envie d’imaginer des histoires qui expliqueraient la présence complètement anachronique de ce père Noël dans ces tableaux connus de tous. Vous pouvez d’ailleurs partager vos idées d’histoires dans les commentaires de cet article, si certaines vous viennent !
Sachez en tout cas que l’on appelle cette pratique artistique le détournement.

Ci-dessous, je vous propose une petite sélection des photomontages insolites d’Ed Wheeler que j’ai préférés. Mais vous en trouverez davantage sur le site web qu’il a consacré à cette partie de son travail, juste ici.

Galerie des Pères Noël d’Ed Wheeler


Sources :

Portfolio d’Ed Wheeler
Santa Classics

Paris sera toujours Paris… Même les pieds dans l’eau !

Inondation à Paris, Henri Manuel, 1924
L’hippodrome Maison Laffitte inondé par la crue de la Seine. Paris, Henri Manuel, 1924.
Les grandes crues de la Seine depuis 1740
Les grandes crues de la Seine depuis 1740
[ Source ]

Voilà une photo pour le moins surprenante !

Elle a été prise à Paris par le photographe français Henri Manuel (1874-1947) en 1924. Des inondations frappaient alors la Capitale et une bonne partie de la France. En l’occurrence, sur cette photo, la scène se passait à l’hippodrome de Maison Laffitte, situé à l’ouest de Paris. La plupart des gens, jockeys et spectateurs présents, ne semblaient en tout cas pas très à l’aise à l’idée de s’improviser ainsi funambules d’un jour. Il faut dire que cette année-là, la crue de la Seine atteignit 6,35 mètres et certains endroits de la ville et de la région parisienne ne furent plus accessibles qu’en barque (comme en témoigne l’image prise à Courbevoie, ci-dessous). A l’hippodrome, il semble que l’eau arrivait presque jusqu’à l’assise des chaises (en tout cas en bas à gauche du cliché).

 

Inondation à Paris, 1924
Inondation à Paris, 1924
“Venise à Courbevoie : la rue du Souvenir. La crue de la Seine et les inondations à Paris et en Banlieue”
Affiche de l'exposition Paris inondé 1910
Affiche de l’exposition Paris inondé 1910
Galerie des bibliothèques – Ville de Paris
2010

 

 

Notons que ça n’est pas une première car Paris a déjà connu des montées des eaux records : en 1910, la hauteur d’eau atteint 8,62 mètres à la station de Paris-Austerlitz. Cette inondation spectaculaire reste, à ce jour, la plus célèbre de celles ayant touché la Capitale. Une exposition lui sera même dédiée en 2010 à la Bibliothèque historique de Paris, présentant plus de 200 documents (photographies originales, cartes postales, affiches, presse illustrée, plans, peintures et dessins, publicités, manuscrits et archives, films d’actualités,…), pour la plupart inédits (source).

 

Inondation de Paris en 1910
Cette photo prise en Janvier 1910 montre des personnes sur une barque dans la Cour de Rome inondée, près de la gare Saint-Lazare, après que la Seine ait débordé, déversant de l’eau dans le centre de Paris. La Seine a quitté son lit pour la dernière fois en 1910, les niveaux d’eau sont alors montés jusqu’à 8,72 mètres, inondant une grande partie de la capitale française. Un siècle plus tard, une exposition, “Paris inondé 1910” s’est tenue à la Bibliothèque historique de Paris, du 8 Janvier au 28 Mars 2010, montrant plus de 200 documents des lieux les plus connus de la ville sous l’eau.
AFP PHOTO

Cette “crue du siècle”, comme on la surnomme parfois, donne lieu à des scènes pour le moins cocasses comme, par exemple, l’arrivée des Députés à la Chambre en barque (voir photo ci-dessous). Alors que je travaille actuellement sur l’esthétique Steampunk dans le cadre de mes recherches, j’ai pris l’habitude de voir des représentations de Paris survolé par toutes sortes de véhicules, y compris des (aéro)paquebots et autres bateaux volants et, curieusement, ces photographies surprenantes de la crue centennale* (voir définition plus bas) me les rappellent.

On ose à peine imaginer la pagaille que ces inondations ont pu causer ! Les dégâts matériels sont très importants et de très nombreux parisiens sont sinistrés. Cependant, il semble que cette crue exceptionnelle ne fera qu’une victime : un sapeur-pompier emporté avec son embarcation.

Cour d'honneur de la Chambre des Députés, inondation de Paris, 1910
Cour d’honneur de la Chambre des Députés, inondation de Paris, 1910
[ Source ]
La gare des Invalides, inondation de Paris, 1924
La gare des Invalides, inondation de Paris, 1924
[ Source ]
A l’heure actuelle, la région parisienne est toujours prudente car une crue centennale a des chances de se reproduire tôt ou tard. Personne ne peut prévoir exactement quand elle aura lieu mais cela arrivera. C’est pourquoi des dispositifs sont mis en place et régulièrement repensés ou améliorés afin d’éviter toute catastrophe trop importante de se produire (c’est dans ce cadre que se place par exemple le Plan Neptune). Ceci étant dit, si j’en juge par l’efficacité des autorités à gérer quelques flocons de neige quand cela arrive sur la Capitale, à la place des habitants de la région Île de France, je resterais sur mes gardes… (moi, mauvaise langue ? Jamais !)

* UNE CRUE CENTENNALE, QU’EST-CE QUE C’EST ? 

Les crues ne sont pas des phénomènes périodiques réguliers. Une crue centennale n’est pas une crue qui revient tous les cent ans mais qui a, chaque année, une «chance» sur cent de se produire. Au cours de notre vie, nous avons plus d’une chance sur deux de subir une ou plusieurs crues centennales. En moyenne, on peut dire qu’il se produit dix crues centennales en mille ans.

Source : Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer

En attendant, il est toujours possible de surveiller le Zouave du Pont de l’Alma. La tradition dit que la Seine est en crue lorsqu’il a les pieds dans l’eau. Malheureusement, depuis 1974, cette sculpture est placée plus haut qu’elle ne l’était à l’origine, aussi signale-t-elle aujourd’hui des crues plus graves qu’à l’époque où cette tradition fut prise. C’est pourquoi l’administration fluviale mesure désormais le niveau des crues au pont de la Tournelle. Cependant, si le Zouave vient en effet à avoir les pieds dans l’eau, peut-être serait-il sage pour vous de vous éloigner de la Seine pour un moment. Juste par précaution ! Sachez tout de même que la Seine déborde presque chaque année et que des inondations d’une envergure semblable à celle de 1910 restent très exceptionnelles.

Zouave du pont de l'Alma et niveaux des crues de la Seine
Zouave du pont de l’Alma et niveaux des crues de la Seine
[ Source ]
Sources:
Météo-Paris
Le plan NEPTUNE, ou la crue centennale de la Seine
Herodote.net
Paris 1900
1910, et demain ?

Jason de Caires Taylor : L’Atlantide sculptée

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler des oeuvres de Jason de Caires Taylor.

    Jason deCaires Taylor entouré de ses sculptures avant qu'elles ne soient immergées.
Jason deCaires Taylor entouré de ses sculptures avant qu’elles ne soient immergées.

Cet artiste anglais réalise des sculptures qui sont ensuite immergées  dans ce qu’il appelle parfois des parcs à sculptures sous-marines (underwater sculpture park).
Il fonde le premier de ces parcs en 2006, dans les Antilles. Un parc que National Geographic répertorie parmi les 25 merveilles du monde actuel.
Sa dernière création, surnommée MUSA (Museo de Arte Subacuatico ou, en français, Musée d’Art Sous-marin ou Subaquatique), est un musée monumental regroupant plus de 500 de ses sculptures. Il se situe au large des côtés de Cancun au Mexique et le magazine Forbes le décrit comme l’une des destinations de voyages les plus uniques au monde.

Ces créations sont d’abord conçues sur la terre ferme, bien évidemment, puis elles sont placées sous l’eau afin de devenir de véritables sanctuaires de la vie marine.

Il faut dire que Taylor est non seulement un artiste (il est diplômé de l’Insitut des Arts de Londres, spécialité sculpture) mais il a également été instructeur de plongée sous-marine. Ce second métier lui a valu d’être primé pour ses photographies sous-marines.
C’est d’ailleurs essentiellement grâce à des photos sous-marines que nous pouvons découvrir ses sculptures immergées aujourd’hui.

Comme on peut le constater sur certaines de ses photographies, le corail, notamment, se développe avec plaisir sur ces statues.
Aussi, l’image est très belle ; elle nous montre une réconciliation symbolique entre l’homme et la mer ; entre l’homme et la nature. Ca n’est plus l’homme qui exploite la mer, ici, c’est la mer qui utilise l’homme, de façon naturelle, pour continuer à exister et à se développer.

The Silent Evolution Profondeur 8m, MUSA Collection, Cancun/Isla Mujeres, Mexico.
The Silent Evolution
Profondeur 8m,
MUSA Collection, Cancun/Isla Mujeres, Mexico.

La ronde de statues me semble particulièrement parlante et forte. En effet, n’oublions pas que l’eau a été notre première mère ; c’est dans l’eau que les premières formes de vies primitives de notre planète se sont développées. Immerger des statues de cette façon, c’est un peu revenir aux sources ; cette fois, c’est la mer – ou, plus exactement, tout son écosystème – qui peut se nourrir en “s’agrippant” à ces corps sculptés et y vivre.

Le travail de cet artiste est à la fois très poétique et très efficace. Et il a le mérite de marquer les esprits. De fait, n’est-il pas étrange, voire perturbant, de voir ces corps immergés dans l’eau ? L’image est marquante, troublante. Ces corps sont tellement différents les uns des autres, qu’on pourrait croire que l’artiste a statufié de véritable humains avant de les plonger dans l’eau.

Corps pétrifiés de victimes de l'irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.).
Corps pétrifiés de victimes de l’irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.).

La première fois que j’ai vu les œuvres de cet artiste, j’ai aussitôt pensé au drame de Pompei et aux habitants de la ville, littéralement pétrifiés par les chutes de pierres ponces et les nuées ardentes provoquées par l’irruption du Vésuve. La ressemblance est intrigante.

Corps pétrifié d'une victime de l'irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.).
Corps pétrifié d’une victime de l’irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.).
Corps pétrifié d'une victime de l'irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.), ainsi que différents objets de l'époque, également statufiés.
Corps pétrifié d’une victime de l’irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.), ainsi que différents objets de l’époque, également statufiés.

Mais l’oeuvre de Jason deCaires Taylor n’est pas non plus sans rappeler le mythe de l’Atlantide. Ses sculptures donnent l’impression qu’une ancienne civilisation a été engloutie après avoir été statufiée. Ses restes formeraient aujourd’hui un abri pour l’écosystème aquatique.

A partir de là, il devient possible d’imaginer que ces oeuvres sont l’allégorie de l’histoire de la vie (LE CYCLE EEETERNEEEEL… hum.) : la boucle est bouclée quand les formes de vie aquatiques se mettent à envahir les corps immergés pour vivre et se développer. Théoriquement, sur le très long terme, ces formes de vie pourraient évoluer, grandir, se transformer et devenir, à leur tour, des sortes d’êtres vivants plus complexes, comme ceux que nous sommes aujourd’hui. Mourant à leur tour, elles pourraient devenir les garde-manger des futurs formes de vie primitives, et ainsi de suite.

Holy Man Profondeur 5m,  MUSA Collection, Punta Nizuc, Mexico.
Holy Man
Profondeur 5m,
MUSA Collection, Punta Nizuc, Mexico.

Une fois immergée, les sculptures sont peu à peu envahies par la vie sous-marine, qui s’y développe comme elle le souhaite. Parfois, l’artiste lui donne un petit coup de main, en creusant ses œuvres d’une certaine manière, comme avec son Holy Man.

Au final, ses œuvres se colorent de coraux verts, roses, violets. Autour d’elles, des poissons multicolores passent également. L’ensemble grouille d’une vie nouvelle qui, elle, est naturellement belle et artistique.

D’ailleurs, Jason deCaires Taylor a aussi réalisé sa version de La Cène (The Last Supper). Je le signale car j’ai réalisé un article sur les différentes représentations de la Cène ;)

Bref, je crois que c’est une œuvre qu’il faut montrer et expliquer aux enfants car c’est sûrement eux qui auront le devoir d’inverser nos terribles habitudes de vie, un jour. Une œuvre comme celle-ci pourrait bien les inspirer en ce sens.


Site web de l’artiste : http://www.underwatersculpture.com/


Joel-Peter Witkin – Le Baiser

Mon année de Master commence avec la découverte d’artistes pour le moins fascinants mais, il faut aussi l’admettre… glauques. Âmes sensibles s’abstenir car l’histoire qui se cache derrière la photographie dont je vais vous parler aujourd’hui pourrait bien vous faire cauchemarder.

Joel-Peter Witkin, Le Baiser, Photographie, 1883.
Joel-Peter Witkin, Le Baiser, Photographie, 1883.

Il s’agit d’une photographie de Joel-Peter Witkin datant de 1983. Cet artiste américain avait pour habitude de trainer dans les morgues et de choisir pour modèles tantôt des cadavres, tantôt des personnes atteintes de certaines difformités rares.

Ici, l’artiste a récupéré une tête. Celle-ci avait été découpée en deux par des étudiants en médecine afin d’être étudiée. L’artiste a choisi de réunir les deux profils obtenus afin de créer cette œuvre, appelée Le Baiser. La tête ainsi photographiée, on croirait voir deux hommes s’embrasser ; il n’y en a qu’un en réalité et il n’est plus de ce monde.

“Il magnifie les cadavres et cajole les monstres.” écrit Luc Le Vaillant dans Libération en janvier 2000 (Source). “[Il] compose son œuvre en Frankenstein, à base de cadavres et de difformités.”

Joel-Peter Witkin portait un grand intérêt à la mort, au sentiment qu’elle procure, aux réactions provoquées par la vue des cadavres. Lui-même était fasciné par cet état irrévocable. Il expliquait devoir cela à un évènement ayant marqué son enfance ; il aurait vu une fillette être violemment percutée par une voiture. Sa tête aurait alors roulé jusqu’à ses pieds…
L’artiste sait construire sa légende. Comme lorsqu’il raconte que sa mère attendait initialement des triplés, dont il ne restera que son jumeau et lui. Il fait du troisième enfant, une fille, une muse qui n’aura jamais vu le jour. Il distille sa fascination pour la mort partout dans son œuvre et jusque dans son personnage d’artiste ; il met le tout en scène comme il le fait avec ses cadavres.

L’artiste mettait en scène les dépouilles comme un marionnettiste d’un genre macabre. Il dit : « Je ranime les inanimés. » Il photographiait des scènes d’un surréalisme fou et, en même temps, d’une grande modernité.

Alors, poésie et intérêt réel intérêt pour la mort ? Besoin de choquer les spectateurs ? Loisir malsain ? La question reste ouverte.

Notons toutefois que les gens du XIXème siècle n’hésitaient pas à prendre leurs proches défunts en photo : c’était alors une façon de conserver le souvenir d’un être aimé, parti trop tôt. Il n’est pas rare, aujourd’hui, de retrouver ces photographies dites “post-mortem”. Y compris des portraits d’enfants morts, plus ou moins jeunes, posant parfois avec leurs frères et sœurs ou leurs parents.
Certains sites internet vous invitent même à participer à des jeux où le but est de découvrir si la personne sur la photo était morte ou non, lors de la prise de vue. Et, comme de bien entendu, ces clichés semblent fasciner un certain nombre de personnes.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Poétique ? Glauque ? Un peu des deux ? Dites-moi tout !
Sources :

Wikipédia – Joel-Peter Witkin
Baudoin Lebon – “Joel-Peter Witkin”
Bibliothèque Nationale de France (BnF) – Joel-Peter Witkin. Enfer ou Ciel.
Libération : ” Joël-Peter Witkin, 60 ans, photographe américain. Compose son oeuvre en Frankenstein, à base de cadavres et de difformités. Du corps à l’outrage”