Archives par mot-clé : Méxique

Des murs entre les hommes

La séparation Est/Ouest de Berlin toujours visible depuis l'Espace.
La séparation Est/Ouest de Berlin toujours visible depuis l’Espace.

 

La ville de Berlin est unifiée depuis maintenant plus de deux décennies (1989). Pourtant, voici un cliché troublant qui nous vient tout droit de l’Espace et qui démontre que la séparation Est/Ouest n’est pas encore parfaitement résorbée.

Depuis la Station Spatiale Internationale, la scission entre les deux Allemagnes est toujours visible !

C’est ce que nous démontre la photographie prise par la commandant de l’expédition 35 de la Station, Chris Hadfield. Connecté à Twitter depuis l’Espace, chacune de ses photos, souvent impressionnantes, est massivement relayée sur Internet.

Ici, l’explication est simple mais tout à fait symptomatique des dégâts que peut engendrer une séparation de ce genre : à l’ouest, la ville est plus éclairée du fait d’une activité économique plus importante. Par ailleurs, les lampes à vapeur de sodium, moins couteuses et datant d’avant 1989, sont utilisées dans l’est. Elles produisent une lumière jaune, à la différence de l’ouest où l’on utilise un éclairage différent, plus blanc.

S’il n’y a pas mort d’homme et qu’il s’agit là d’une “simple” utilisation d’ampoules différentes, il est tout de même intéressant de constater que la Guerre Froide n’a pas emporté tous ses dégradations dans sa tombe. Et même si la ville de Berlin est aujourd’hui l’une des plus rayonnantes d’Europe, en particulier du point de vue culturel et artistique, elle ne se remet pas facilement des séquelles de son passé. Elle est aujourd’hui coupée en deux par un mur invisible. Mais des murs encore bien tangibles, eux, existent toujours de par le monde.

Malheureusement, bien d’autres murs existent encore dans le monde.

Voici un rapide coup d’oeil sur la situation :

Le mur de Berlin était probablement le plus connu de tous mais, depuis, d’autres l’ont remplacé. Les médias nous parlent par exemple régulièrement du conflit israélo-palestinien mais aussi des deux Corées. Or, ces pays sont séparés par des murs depuis des décennies et cela ne semble pas prêt de s’arranger… A la frontière entre Israël et la Palestine, le mur est parfois surnommé “Wall of shame” (“Le mur de la honte”)…

Sur le mur situé à la frontière israélo-palestinienne, on peut admirer des oeuvres du street artiste Banksy.
Sur le mur situé à la frontière israélo-palestinienne, on peut admirer des œuvres du street artiste Banksy.
Vue du mur situé à la frontière israélo-palestinienne.
Vue du mur situé à la frontière israélo-palestinienne.
Des murs entre les hommes
Des murs entre les hommes, Alexandra Novosseloff & Frank Neisse, 2007

Mais la plus grande puissance mondiale n’est, elle non plus, pas en reste, elle qui est toujours là pour prodiguer de bons conseils (et ne pas les suivre elle-même) : aux Etats-Unis, le mur construit par les Américains sur leur frontière avec le Mexique est censé endiguer l’immigration. A certains endroits, notamment sur les plages, ce mur ressemble à ce que vous pouvez voir en couverture du livre “Des murs entre les hommes”, ci-contre : comme les barreaux d’une prison qui longe la plage face à la mer.

 

Plage de Tijuana sur l'Océan Pacifique. À gauche : le Mexique, à droite : les États-Unis.
Plage de Tijuana sur l’Océan Pacifique. À gauche : le Mexique, à droite : les États-Unis.
Mais qui est véritablement prisonnier de ces protections outrancières ?

Aux Etats-Unis, le mur a été fortement renforcé depuis les attentats du 11 septembre. Résultat ? Tout au long de cette frontière fortifiée, une milice auto-proclamée veille au grain. Ces hommes armés, sortes de cowboys contemporains, ont de quoi donner la chair de poule. Mais les Etats-Unis ont également prévu un vaste réseau de caméras de surveillance ainsi que, depuis peu, le survol de toute la zone par des drones

Tout ça pour lutter contre l’immigration… Un peu too much, vous dites ?

Le Mur de Sable est largement surveillé par l'armée marocaine mais il est aussi entouré de champs de mines qui ont déjà fait de très nombreuses victimes.
Le Mur de Sable est largement surveillé par l’armée marocaine mais il est aussi entouré de champs de mines qui ont déjà fait de très nombreuses victimes.

Mais il y a plus surprenant : un mur au beau milieu du Sahara. Un mur méconnu qui existe pourtant depuis 1980 et qui coûterait une fortune en entretien (apparemment, entre deux et quatre millions de dollars par jour). Cette fois, c’est le Maroc qui a érigé la séparation, s’octroyant ainsi l’ancien Sahara espagnol dont une partie du peuple revendiquait pourtant l’indépendance. La communauté internationale ne reconnaît pas la légalité de cette annexion mais le mur est pourtant toujours bien là et ne semble pas près de céder. Il est d’ailleurs gardé par environ 100 000 soldats marocains.

On le surnomme “Mur de sable”. Ses détracteurs lui préfèrent “Mur de la honte”.

Mais dans certains pays, les murs séparent même les morts !

Dans le cimetière de Belfast (Irlande), un mur souterrain construit en 1969 délimite les tombes catholiques et protestantes.

Malheureusement, il n’existe pas que des murs enterrés dans cette ville : les habitants appellent paradoxalement ces murs les peacelines (lignes de la paix). Ils servent à délimiter les quartiers nationalistes catholiques des zones d’habitations unionistes protestantes. Une guerre civile religieuse qui, là encore, semble avoir de beaux jours devant elle puisque les murs furent édifiés dans les années 70 et qu’ils n’ont eu de cesse d’être fortifiés avec le temps. De simples tôles ondulées ou entassement de briques, certains de ces murs autrefois précaires atteignent aujourd’hui jusqu’à 9 mètres de haut et peuvent être surmontés de grillages. A certains endroits, des points de passage sous vidéosurveillance ont également vu le jour et peuvent être fermés à tout moment.

A member of a cross-community group takes part in a ceremony marking the 20th anniversary of the collapse of the Berlin Wall, in west Belfast

Voilà comment certains hommes cherchent à se séparer d’autres hommes. L’humain ne peut parfois pas supporter la différence de son voisin. Il construit des murs pour s’en protéger, dit-il, mais en réalité n’est-ce pas seulement par bêtise ? Curieusement, dans “bêtise”, il y a “bête”. Peut-être est-ce là ce que nous sommes et restons toujours : des bêtes. Et pas les plus intelligentes, contrairement à ce que notre ego nous pousse à croire. Avez-vous déjà vu des animaux bâtir des murs entre eux ? Pas moi.

[Source : http://www.lesmurs.org/ | http://www.planet.fr/ | Documentaire et livre: Des murs entre les hommes ]

Jason de Caires Taylor : L’Atlantide sculptée

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler des oeuvres de Jason de Caires Taylor.

    Jason deCaires Taylor entouré de ses sculptures avant qu'elles ne soient immergées.
Jason deCaires Taylor entouré de ses sculptures avant qu’elles ne soient immergées.

Cet artiste anglais réalise des sculptures qui sont ensuite immergées  dans ce qu’il appelle parfois des parcs à sculptures sous-marines (underwater sculpture park).
Il fonde le premier de ces parcs en 2006, dans les Antilles. Un parc que National Geographic répertorie parmi les 25 merveilles du monde actuel.
Sa dernière création, surnommée MUSA (Museo de Arte Subacuatico ou, en français, Musée d’Art Sous-marin ou Subaquatique), est un musée monumental regroupant plus de 500 de ses sculptures. Il se situe au large des côtés de Cancun au Mexique et le magazine Forbes le décrit comme l’une des destinations de voyages les plus uniques au monde.

Ces créations sont d’abord conçues sur la terre ferme, bien évidemment, puis elles sont placées sous l’eau afin de devenir de véritables sanctuaires de la vie marine.

Il faut dire que Taylor est non seulement un artiste (il est diplômé de l’Insitut des Arts de Londres, spécialité sculpture) mais il a également été instructeur de plongée sous-marine. Ce second métier lui a valu d’être primé pour ses photographies sous-marines.
C’est d’ailleurs essentiellement grâce à des photos sous-marines que nous pouvons découvrir ses sculptures immergées aujourd’hui.

Comme on peut le constater sur certaines de ses photographies, le corail, notamment, se développe avec plaisir sur ces statues.
Aussi, l’image est très belle ; elle nous montre une réconciliation symbolique entre l’homme et la mer ; entre l’homme et la nature. Ca n’est plus l’homme qui exploite la mer, ici, c’est la mer qui utilise l’homme, de façon naturelle, pour continuer à exister et à se développer.

The Silent Evolution Profondeur 8m, MUSA Collection, Cancun/Isla Mujeres, Mexico.
The Silent Evolution
Profondeur 8m,
MUSA Collection, Cancun/Isla Mujeres, Mexico.

La ronde de statues me semble particulièrement parlante et forte. En effet, n’oublions pas que l’eau a été notre première mère ; c’est dans l’eau que les premières formes de vies primitives de notre planète se sont développées. Immerger des statues de cette façon, c’est un peu revenir aux sources ; cette fois, c’est la mer – ou, plus exactement, tout son écosystème – qui peut se nourrir en “s’agrippant” à ces corps sculptés et y vivre.

Le travail de cet artiste est à la fois très poétique et très efficace. Et il a le mérite de marquer les esprits. De fait, n’est-il pas étrange, voire perturbant, de voir ces corps immergés dans l’eau ? L’image est marquante, troublante. Ces corps sont tellement différents les uns des autres, qu’on pourrait croire que l’artiste a statufié de véritable humains avant de les plonger dans l’eau.

Corps pétrifiés de victimes de l'irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.).
Corps pétrifiés de victimes de l’irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.).

La première fois que j’ai vu les œuvres de cet artiste, j’ai aussitôt pensé au drame de Pompei et aux habitants de la ville, littéralement pétrifiés par les chutes de pierres ponces et les nuées ardentes provoquées par l’irruption du Vésuve. La ressemblance est intrigante.

Corps pétrifié d'une victime de l'irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.).
Corps pétrifié d’une victime de l’irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.).
Corps pétrifié d'une victime de l'irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.), ainsi que différents objets de l'époque, également statufiés.
Corps pétrifié d’une victime de l’irruption du Vésuve à Pompei (79 ap. J.C.), ainsi que différents objets de l’époque, également statufiés.

Mais l’oeuvre de Jason deCaires Taylor n’est pas non plus sans rappeler le mythe de l’Atlantide. Ses sculptures donnent l’impression qu’une ancienne civilisation a été engloutie après avoir été statufiée. Ses restes formeraient aujourd’hui un abri pour l’écosystème aquatique.

A partir de là, il devient possible d’imaginer que ces oeuvres sont l’allégorie de l’histoire de la vie (LE CYCLE EEETERNEEEEL… hum.) : la boucle est bouclée quand les formes de vie aquatiques se mettent à envahir les corps immergés pour vivre et se développer. Théoriquement, sur le très long terme, ces formes de vie pourraient évoluer, grandir, se transformer et devenir, à leur tour, des sortes d’êtres vivants plus complexes, comme ceux que nous sommes aujourd’hui. Mourant à leur tour, elles pourraient devenir les garde-manger des futurs formes de vie primitives, et ainsi de suite.

Holy Man Profondeur 5m,  MUSA Collection, Punta Nizuc, Mexico.
Holy Man
Profondeur 5m,
MUSA Collection, Punta Nizuc, Mexico.

Une fois immergée, les sculptures sont peu à peu envahies par la vie sous-marine, qui s’y développe comme elle le souhaite. Parfois, l’artiste lui donne un petit coup de main, en creusant ses œuvres d’une certaine manière, comme avec son Holy Man.

Au final, ses œuvres se colorent de coraux verts, roses, violets. Autour d’elles, des poissons multicolores passent également. L’ensemble grouille d’une vie nouvelle qui, elle, est naturellement belle et artistique.

D’ailleurs, Jason deCaires Taylor a aussi réalisé sa version de La Cène (The Last Supper). Je le signale car j’ai réalisé un article sur les différentes représentations de la Cène ;)

Bref, je crois que c’est une œuvre qu’il faut montrer et expliquer aux enfants car c’est sûrement eux qui auront le devoir d’inverser nos terribles habitudes de vie, un jour. Une œuvre comme celle-ci pourrait bien les inspirer en ce sens.


Site web de l’artiste : http://www.underwatersculpture.com/