Archives par mot-clé : mannequin

Sailor Fuku : Quand je créais des vêtements de pixels

J’ai longtemps été membre du site de jeu en ligne Sailor Fuku (c’est ainsi qu’on appelle les écolières, au Japon, du fait de leur uniforme rappelant celui des marins) car j’y avais obtenu un rôle de “Créatrice de tendances”. Autrement dit, je faisais partie des membres qui réalisaient les tenues des poupées numériques que jouaient les membres du site.

Aperçu de la “poupée” (appelée “base”) que les Créatrices de Tendance du jeu avaient pour rôle d’habiller.

Dans un cadre n’excédant pas 150 sur 290 pixels (en tout cas, à l’époque, ce qui explique les tenues parfois coupées que vous pourrez voir ci-dessous), je devais habiller les poupées. Je disposais donc d’un modèle de corps (voir ci-contre, il était le même pour toutes les joueuses, à l’époque, lui aussi) et c’était à moi (entre autres, nous étions plusieurs) de réaliser des vêtements qui tombaient parfaitement sur ces formes prédéfinies.

Je devais dissocier le haut, le bas, les chaussures et la coiffure (coiffure qui était aussi en deux parties : ce qui tombait devant la poupée et ce qui tombait derrière la poupée).

Je réalisais aussi les “miniatures”, c’est-à-dire l’aperçu des futurs vêtements dans les différentes vraies-fausses boutiques du jeu. C’est pourquoi j’ai aussi réalisé quelques paires de chaussures en “gros plan” (ne s’adaptant pas réellement aux pieds des poupées, si vous préférez). Pour ces miniatures, mon travail devait tenir dans un cadre de 80 sur 80 pixels.

Je n’ai malheureusement pas pu récupérer l’ensemble de mes créations car l’ordinateur sur lequel je les stockais à l’époque a été volé (et oui, j’ai de la chance, que voulez-vous…). Du coup, j’ai même quelques images qui s’affichent plus ou moins correctement car elles ont été mal enregistrées, entre temps… Je m’en excuse.
Voici en tout cas une partie des nombreuses petites choses que j’ai pixélisé (si vous êtes observateurs, vous constaterez rapidement que certaines de ces créations font aujourd’hui partie intégrante du design de mon site).

Il m’arrive encore de recevoir des messages de membres de Sailor Fuku, me demandant quand je reviendrai sur le site, si je créerai encore des vêtements, etc. Ca me fait très plaisir de constater que mon passage a laissé une trace dans cette petite communauté :)

N’hésitez pas à cliquer sur les images pour voir les vêtements en taille “réelle” (donc pas en gros plan).

Paires de Chaussures

Diverses tenues complètes

Tenues complètes et leur modèle original
top13graptop17graptop12graptop14graptop04graprobe31graprobe20robe21robe18graprobe09graprobe06graprobe13graprobe14graprobe15graprobe16graprobe17graprobe04grap

Divers objets servant de trophées

Princesses et anoréxie ?

"Disney princesses go fashion" par http://sashiiko-anti.deviantart.com
“Disney princesses go fashion” par http://sashiiko-anti.deviantart.com

Voici une réinterprétation plutôt intéressante de différentes princesses de l’univers Disney réalisée par l’artiste Sashii-kami de DeviantArt (http://sashiiko-anti.deviantart.com).

Plongées dans le monde de la mode d’aujourd’hui, tout en conservant leur look originel, les princesses deviennent d’étranges pantins ultra-fins, des mannequins, dirions-nous plus facilement qui, à mon sens, en disent long sur les princesses que l’on montrera demain à nos petites filles.

Déjà les princesses Disney originelles étaient bourrées de stéréotypes : belles, gentilles, douces… juste assez intrépides pour partir à la recherche de leur Prince Charmant mais n’allons pas beaucoup plus loin. Dès les débuts du studio Disney, les princesses n’étaient déjà pas très épaisses : si Blanche Neige avait encore une silhouette à peu près humaine en 1937, la Belle au Bois Dormant est déjà beaucoup plus maigre en 1959… C’est surtout sa taille extrêmement fine qui choque. Et les nouvelles princesses (Merida du dessin animé Rebelle ou Elsa de la Reine des Neiges, par exemple) suivent clairement le même modèle.

Comparaison entre la silhouette de Blanche Neige (1937) et celle de La Belle au Bois Dormant (1959) par les studios Disney.
Comparaison entre la silhouette de Blanche Neige (1937) et celle de La Belle au Bois Dormant (1959) par les studios Disney.

La graphiste américaine Loryn Brantz s’est notamment “amusée” à redessiner la silhouette des véritables princesses Disney. Et, d’après elle, “la morphologie des princesses est nettement moins extrême, et pourtant elles sont tout aussi belles et magiques”.
La preuve en images :

Loryn Brantz - Ariel de La Petite Sirène (Disney)
Loryn Brantz – Ariel de La Petite Sirène (Disney)
Loryn Brantz - Belle de La Belle et la Bête (Disney)
Loryn Brantz – Belle de La Belle et la Bête (Disney)
Loryn Brantz - Aurore de La Belle au Bois Dormant (Disney)
Loryn Brantz – Aurore de La Belle au Bois Dormant (Disney)
Loryn Brantz - Pocahontas (Disney)
Loryn Brantz – Pocahontas (Disney)
Loryn Brantz - Jasmine de Aladdin (Disney)
Loryn Brantz – Jasmine de Aladdin (Disney)
Loryn Brantz - Elsa de La Reine des Neiges (Disney)
Loryn Brantz – Elsa de La Reine des Neiges (Disney)

Les poupées Barbie et les poupées aux looks (prétendument) gothiques Monster High suivent depuis un petit moment la pente dangereuse qui fait de la maigreur extrême un critère de beauté plus fort que tous les autres. Disons que les Barbie avaient au moins l’avantage d’avoir encore quelques formes… Aujourd’hui, le moindre atour féminin semble être supprimé au profit d’une silhouette filiforme, à la limite de l’androgénie.

Exemples de poupées Monster High.
Exemples de poupées Monster High.

Étrange évolution des poupées ; étrange évolution de la mode qui, il y a encore un siècle, faisait de la femme rondelette, voire clairement obèse, une référence absolue en matière de beauté fatale.
L’être humain et sa vision de la beauté est décidément bien extrémiste.