Archives par mot-clé : ink

Happy Halloween !

Halloween
Un joli pot en forme de citrouille contenant des Kalanchoe rouges et mon dernier dessin en date posé sur mes chers crayons Faber Castell. Halloween s’invite chez Studinano !

 

Joyeux Halloween à tous !
Des bonbons ou un sort ! Trick or treat ! Et tout le patatra !

Voyez-vous, je n’ai jamais vraiment fêté Halloween. Mais je suis toujours amusée de voir les déguisements que certains peuvent arborer. Certains sont vraiment des professionnels ! Leurs costumes deviennent des oeuvres d’art, de body art plus exactement.

Il faut dire qu’avec la propagation du cosplay et des conventions diverses et variées qui vont avec (Comic Con, Japan Expo, etc.), l’art du costume ne cesse de se perfectionner.

Body Art: L’art corporel, en anglais body art, est un ensemble de pratiques artistiques effectuées sur et/ou avec le corps.

D’ailleurs, certains et certaines parviennent à faire parler d’eux grâce à leur talent pour le grimage ! Par exemple, Dope2111 qui, grâce à ses transformations postées régulièrement sur Youtube, fait de plus en plus parler d’elle.
Elle tente tout ! Y compris ce qui nous semble à première vue impossible. Par exemple ? Iron Man version Robert Downey Jr., Angelina Jolie, Adèle, les princesses Disney (Pocahontas, Mulan, Belle, Cendrillon, Esmeralda etc), mais aussi Harley Quinn, la célèbre copine du Joker, Edward aux mains d’argent, Sally, la copine de Jack Skellington dans L’Etrange Noël de Monsieur Jack de Tim Burton… etc, etc, etc.

Certaines de ses vidéos ont dépassé depuis longtemps le million de vues. Et c’est en partie grâce à sa transformation en Joconde de De Vinci que la demoiselle a commencé à faire parler d’elle dans les médias français.

 

Les princesses Disney par Dope2111
Les princesses Disney par Dope2111
La princesse Pocahontas de Disney par Dope2111
La princesse Pocahontas de Disney par Dope2111

Source: http://www.paperblog.fr/6801368/toi-aussi-transformes-toi-en-princesse-disney/

 

Pour ma part, j’ai préféré faire dans la simplicité pour cet Halloween. Il faut dire que je n’ai pas le talent de dope2111 pour le maquillage… Alors j’ai dessiné o/. Je vous propose de découvrir, ci-dessous ma Sorcière et sa belle citrouille ;)

Comme toujours, cette Faceless Girl (c’est-à-dire un de mes personnages sans visage) spéciale est en vente sous la forme de t-shirts, pulls, sweats et divers accessoires (coques iPhones, iPod, iPad et Samsung Galaxy S, Kindle ou encore Nexus notamment) sur ma boutique Spreadshirt, ici : http://studinano.spreadshirt.fr/
Profitez d’ailleurs d’un code spécial aujourd’hui : SWEET2013 qui vous donnera droit aux frais de port gratuits en ce 31 octobre ;)

 

La Sorcière by Shou'
La Sorcière | The Witch
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
Halloween sur Spreadshirt
Halloween s’invite également sur ma boutique Spreadshirt !
T-shirts, pulls, sweats… mais aussi coques iPhone et Galaxy S, Kindle etc !
C’est par ici : http://studinano.spreadshirt.fr/

 

D’ailleurs, en parlant de princesse Disney, voici un petit aperçu des personnages de conte (et notamment inspirés des versions de Disney) que j’ai personnalisés en Faceless Girl. La série de dessins dont ils font partie s’intitule “Who is the Mad Hatter ?” (Qui est le Chapelier Fou ?) et tous ces personnages sont également disponibles à la vente (http://studinano.spreadshirt.fr/).

Le petit chaperon rouge by Shou'
Le Petit Chaperon Rouge | The Red Riding Hood
(Inspiré par la série Once Upon a Time)
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
Blanche Neige by Shou'
Blanche Neige | Snow White
(inspiré par le dessin animé de Disney)
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
La Méchante Reine by Shou'
La Méchante Reine | The Queen
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
La Belle et la Bête by Shou'
La Belle et la Bête | Beauty and the Beast
(inspiré par le dessin animé de Disney)
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
Not just a princess by Shou'
Not just a princess by Shou’
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
Le Chapelier Fou by Shou'
Le Chapelier Fou | The Mad Hatter
(inspiré par le film Alice au pays des Merveilles de Tim Burton)
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper

L’Arbre d’Usinor

Pour la petite histoire, je vis dans le Nord de la France, une région particulièrement touchée par le chômage et les fermetures d’usines depuis maintenant plusieurs décennies. Le Nord-Pas-de-Calais était pourtant une puissante région ouvrière avant son déclin. Notamment dans les domaines des mines et de la sidérurgie. Mais les mines, tout comme les grandes usines, ont aujourd’hui fermé leurs portes.

La fermeture d’Usinor fut, en particulier, très marquante pour la région. Usinor était un groupe sidérurgique français fondé en 1948. Il a fusionné, en 1986, avec Sacilor et le 18 février 2002 avec l’espagnol Aceralia et le luxembourgeois Arbed pour former le groupe européen Arcelor qui, aujourd’hui, pose encore problème aux ouvriers sidérurgiques de Lorraine (je ne m’attarde pas davantage sur le sujet, l’actualité parle malheureusement d’elle-même).
La fermeture d’Usinor, à l’époque, fit entrer le secteur que j’habite dans une phase de précarité de plus en plus forte (chômage, pauvreté, fermeture des commerces qui dépendaient du bon fonctionnement de l’usine, etc). Aujourd’hui, je vis près d’une des villes les plus pauvres de France et les choses ne semblent pas prêtes de s’arranger. La désillusion est partout. Et le pire, c’est qu’elle semble se transmettre de génération en génération. Mon sentiment, c’est que tout résonne autour de moi comme un “à quoi bon ?”

Cela me rappelle les mots de l’artiste Ernest Pignon-Ernest qui, au sujet d’une de ses œuvres, réalisée pour la ville de Calais en 1975, livre ce témoignage :

guillemet“Débarquer dans une ville et, simplement, poser un regard dessus. On m’avait conseillé d’assister au pointage des chômeurs à l’ANPE dans les sous-sols de la mairie. Un conseiller municipal m’avait prévenu : « Ici, le sentiment de résignation, il est dans les chromosomes ». Les Bourgeois de Calais de Rodin, scène archétype du renoncement, reste en effet omniprésente, au point qu’il est rare qu’une image imprègne de la sorte la conscience collective d’une cité.”

(Source : Site officiel de l’artiste)

C’est pourquoi dans le cadre d’un projet nommé G.S.M.,  encadré par mon université, j’ai choisi de travailler à partir d’une sculpture nommée “L’Arbre d’Usinor”, située à Valenciennes. C’est une sculpture d’acier mesurant 6m pour une largeur équivalente et un poids total de 13 tonnes et qui a été entièrement fabriqué dans les ateliers d’Usinor (1981) avant les fermetures dans toute la région.
Elle fut montrée à Dusseldorf (Allemagne) dans le cadre de l’exposition européenne de la sidérurgie dans les années 80, preuve de la maîtrise des ouvriers l’ayant conçue. Elle sera finalement offerte à la ville de Valenciennes mais cela ne modifiera pas le destin funeste de l’entreprise. Surnommée « l’arbre de l’espoir » au moment de son installation, elle semble aujourd’hui n’être plus que le souvenir d’une époque révolue. Beaucoup de gens prennent aujourd’hui cette installation pour une quelconque œuvre d’art moderne ou contemporain abstraite à laquelle ils ne comprennent rien.

Arbre d'Usinor

Pourtant, cette sculpture n’est pas non plus, à mes yeux, un simple monument commémoratif. C’est également le symbole d’une époque, d’une société qui va mal et je n’y vois pas que la fermeture de cette usine mais une région délaissée, maltraitée, image d’un monde qui tourne mal. Son oubli, son délaissement est aussi significatif que sa réalisation, que sa raison d’être initiale.

Actuellement, il n’existe aucune source d’information concernant ce monument sur internet. Or, c’est un média important dans mon travail plastique puisqu’il est à la base de tout ce que je raconte dans mes peintures, dessins et autres créations numériques. Aucune information au sujet de cet Arbre ne sont trouvables sur l’outil d’information le plus utilisé à l’heure actuelle, ce qui veut dire une totale méconnaissance de cette œuvre… voire un oubli complet de son existence et de sa raison d’être.

Elle a pourtant été réalisée par les ouvriers métallurgistes du Nord (une profession ô combien difficile, aujourd’hui globalement oubliée mais qui a été, avec celles des mineurs, l’une des principales à faire vivre la région après la Seconde Guerre Mondiale et à relever notre pays tout entier, alors à genoux face aux nombreuses destructions). Chaque jour, des dizaines, voire des centaines de voitures passent devant sans même remarquer cette sculpture. Elle est pourtant placée sur un des ronds points d’entrée de la ville de Valenciennes, et pourrait attirer l’œil. Si seulement elle n’était pas perdue au milieu des vrais arbres qui, eux, grandissent, prennent de la place et, finalement, le rendent invisibles par leur feuillage. Un arbre perdu parmi tant d’autres ? Je trouve la coïncidence significative. Le temps passe et les blessures deviennent des cicatrices. Elles ne nous font plus vraiment mal alors on les oublie, même si on les a sous le nez chaque matin dans la douche. On finit par ne plus comprendre d’où vient cette démangeaison agaçante qui pourrit nos journées. C’est elle, l’ancienne blessure qu’on pensait pouvoir oublier.

J’ai, pour le moment, réalisé deux dessins qui pourront servir de base à mon travail plastique concernant cette sculpture. J’ai essayé de trouver une façon de démontrer l’oubli et, parallèlement, j’ai cherché à rappeler la présence des métallurgistes dans ce monument. J’espère que ces croquis donneront lieu à la création de peintures, par la suite. Et surtout à un plus vaste projet.

L’Arbre d’Usinor
Aquarelle, encre, crayons de couleurs

Arbre d'Usinor

Arbre d'Usinor

Les jumelles : elles et moi ; elles sont moi.

Nobody knows Dessins issus d'un livre illustré, accompagnés d'haïku Aquarelle et encre
Nobody knows
Dessins issus d’un livre illustré, accompagnés d’haïku
Aquarelle et encre
Nobody knows Dessins issus d'un livre illustré, accompagnés d'haïku Aquarelle et encre
Nobody knows
Dessins issus d’un livre illustré, accompagnés d’haïku
Aquarelle et encre

Origine de mon alter-ego

Celle(s) que j’appelle monalter-ego apparaît régulièrement dans mes travaux. Elle me permet d’exprimer des choses que je n’oserais, bien souvent, pas exposer seule. Elle est présente à mes côtés depuis longtemps, héritière de mon adolescence virtuelle.

J’avais douze ou treize ans quand, sur les premiers forums que je fréquentais, des jeux de rôle comme on n’en fait plus aujourd’hui, je commençais à jouer des jumelles. Je ne me souviens pas d’avoir un jour joué un personnage unique.

Shousetsu et Caroline

En fait, quand j’ai créé mon tout premier personnage de jeux en ligne, j’ai imaginé Shousetsu. Elle n’avait pas encore ce nom là mais il est venu assez rapidement, se transformant en Shou‘”, un pseudonyme auquel je tiens encore beaucoup aujourd’hui (et avec lequel je signe la plupart de mes travaux).  Shousetsu, c’était un peu ma face idéale ; celle que j’espérais de tout cœur montrer aux gens que je rencontrais, à la fois douce, agréable, accessible, drôle, intelligente (oui, rien que ça !) mais aussi forte, capable de tenir tête à ceux qu’il fallait, de dire “non” ou “je ne veux pas“. Mais il manquait une faille à cette fille plutôt parfaite, que j’ai décidé d’introduire en la personne de Caroline.

Caroline, c’est mon prénom. Curieux, me direz-vous, et je dois avouer que je ne sais pas trop d’où cela m’est venu mais c’était assez naturel ; Shousetsu, signifiant “roman” en japonais, et Caroline, la face sombre d’un duo inséparable. Cette dernière est vite apparue comme une fille cruelle, apparemment dépourvue de tout bon sentiment à l’égard d’autrui et, surtout, prête à tout pour faire souffrir sa frangine. Puis, Caroline a commencé à montrer ses faiblesses, ses failles. Elle a évolué, tout au long des scénarios que je lui faisais traverser. J’ai beaucoup écrit, avec elles deux. Caroline, la plus fragile, se cachait derrière une épaisse carapace de pure méchanceté et, je dois bien l’avouer, me permettait de me défouler joyeusement (si je puis dire). Shousetsu, la plus forte, me permettait de vivre ce que je n’aurais jamais osé faire.

Deux faces qui ne font qu’une entité

Je me rends compte, avec le recul, que ces personnages sont tous les deux représentatifs d’une part de moi-même. Il y a sûrement, en ces filles, beaucoup de ce dont je n’ai pas (ou n’avais pas) réellement conscience d’être mais aussi énormément de ce que j’aurais aimé/j’aimerais être. C’est pourquoi, je me sers régulièrement d’elles, tant à l’écrit que dans mes travaux plastiques, pour exprimer ce que je ressens, ce que je veux dire, ce qui me tient à cœur.

Dans mes dessins, Shousetsu apparaît généralement avec une teinte de cheveux rosée voire légèrement violacée. Son apparence a quelque chose d’assez “kawaii“, mignonne, inoffensive et, dans les univers dans lesquels j’évoluais, souvent invisible à son arrivée avant de se faire remarquer par une action quelconque, plus certainement, par un trait d’humour bien placé. C’est généralement pour cela que, dans mon esprit, elle est souvent perçue, au premier abord, comme une fille un peu insignifiante, jolie mais, sans être superficielle, pas forcément le genre de fille vers laquelle on irait naturellement. Trop étrange, trop à l’écart du monde, un peu dans sa bulle. Vous allez me dire, okay, mais elle a les cheveux roses, ça se remarque ! Finalement, pas tellement, dans les univers dans lesquels j’évoluais, comme je le disais plus tôt. Mais j’ai conservé ce trait physique particulier pour qu’on remarque facilement sa présence dans mes dessins ou mes écrits. Quand une fille aux cheveux roses apparaît, qu’elle ait le même nom – ou n’en ait pas, il s’agit de Shousetsu. Et, quand elle apparaît, sa jumelle – apparemment – diabolique n’est jamais bien loin bien que son apparence à elle ait tendance à changer, selon les circonstances, de quelque chose de sobre à plus “dark”. Dans Nobody Knows, par exemple, Caroline a les cheveux châtains et longs. Mais, lorsque j’écris, elle a plus souvent une coupe garçonne et teinte. Le rouge sombre revient assez régulièrement, comme un clin d’oeil à Shousetsu ; elle, et ses cheveux soyeux, toujours très longs, rosés, et Caroline, ses cheveux courts, sombres, sanguins, auxquels elle n’apporte pas forcément beaucoup de soin.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ces deux personnages. Comme je vous l’ai dit, j’ai beaucoup écrit à leur sujet. Elles ont une histoire bien définie, dans ma tête comme dans de nombreux manuscrits que je traine un peu avec moi depuis des années et auxquels se raccrochent d’autres figures importantes à leurs yeux – et aux miens. Ce sera pour une autre fois, chaque chose en son temps, n’est-ce pas ? ;)

Nobody knows Dessins issus d'un livre illustré, accompagnés d'haïku Aquarelle et encre
Nobody knows
Dessins issus d’un livre illustré, accompagnés d’haïku
Aquarelle et encre