Archives par mot-clé : photography

Andy Goldsworthy, l’automne et le Land Art

C’est l’automne !

Et je trouve que c’est le moment idéal pour aller jeter un petit coup d’œil sur l’œuvre de l’artiste Andy Goldsworthy. Ses œuvres sont idéales pour marquer le début de la saison des feuilles mortes ! Mortes, mais plus colorées que jamais comme on le constate vite dans ses mises-en-scène.

Andy Goldsworthy et le Land Art

Andy Goldsworthy est un artiste britannique spécialisé dans le Land Art. Il vit et travaille essentiellement en Écosse.

Le Land Art est mouvement artistique qui a vu le jour dans les années 60 aux Etats-Unis.  On y trouve des artistes qui travaillent avec des éléments naturels et, généralement, directement dans la nature. Ils utilisent donc des matériaux naturels (végétaux, minéraux, eau, glace,…) pour créer.
C’est pour cela que les œuvres du Land Art sont généralement éphémères : les feuilles s’envolent, les branchent tombent, cassent, la neige fond,…

Ne restent alors des œuvres de ces artistes que des photographies.

Comme c’est le début de l’automne, j’ai sélectionné pour vous quelques photographies d’œuvres d’Andy Goldsworthy en rapport avec cette saison. Mais il y en a tellement d’autres ! N’hésitez pas à faire une petite recherche. Je suis sûre que la poésie de son travail saura vous émerveiller.

En admirant le travail d’Andy Goldsworthy, on prend conscience de la variété de couleurs qui existent dans la nature. L’artiste trie, découpe, assemble, met-en-scène… Et voilà qu’apparaît sous nos yeux un dégradé de feuilles mortes, comme un étrange soleil ; un cercle noir comme un passage vers un autre monde ; un chemin coloré à travers la forêt ; comme l’impression qu’un arbre est dévoré par une lave étrange.

Le Land Art et l’éphémère

Comme vous pourrez le constater ci-dessus, ces photographies ont pour but de mettre en valeur les créations de l’artiste (en l’occurrence, Andy Goldsworthy, mais c’est le cas des autres artistes du Land Art). L’angle de vue, la distance, le cadrage,… Rien n’est laissé au hasard afin que l’installation éphémère perdure dans le temps et soit du meilleur effet.

La question qu’on peut légitimement se poser, alors, est : où est l’œuvre ? Est-ce l’installation initiale ou la photographie de l’installation ?
Ma foi, un peu des deux. La photographie n’existerait pas sans l’installation initiale. Mais la photographie n’est finalement qu’une trace de cette installation. C’est pourtant elle qu’on expose, qu’on vend, qui fait connaître et fait vivre l’artiste. C’est aussi la photographie qui permet aux spectateurs que nous sommes de pouvoir admirer la beauté de ces œuvres.

On fait ainsi perdurer dans le temps… une chose éphémère. En voilà un paradoxe intéressant. Et il n’est pas le seul, dans le Land Art.

Vous pouvez en effet me rétorquer que, du coup, l’œuvre n’est plus vraiment éphémère puisqu’elle est désormais figée dans le temps grâce à la photographie : elle est toujours là, visible, et potentiellement éternelle (qui sait combien de temps encore nous admirerons les œuvres d’Andy Goldsworthy et de ses collègues du Land Art ?).

Le Land Art et les paradoxes

D’ailleurs, est-ce qu’une installation comme celles de Andy Goldsworthy serait une œuvre si nous n’en avions aucune trace ? Il existe des œuvres invisibles (peut-être écrirai-je un jour un petit quelque chose à leur sujet). Mais invisible ne signifie pas inexistant ! Or, une œuvre de Land Art n’est pas invisible : elle est éphémère. Un peu comme certaines œuvres de Street Art, par exemple, qui sont recouvertes par d’autres, s’abîment, sont vandalisées, effacées…

C’est là l’un des autres paradoxes du Land Art : l’artiste réalise souvent un travail très minutieux, qui va lui demander beaucoup de temps, d’investissement pour, au final, que son œuvre disparaisse plus ou moins rapidement. Ne trouveriez-vous pas ça un peu rageant, à leur place ?

Surtout, nous pourrions penser que l’Art est fait pour perdurer dans le temps. On dit souvent, en effet, que l’Art est le reflet de son époque. D’ailleurs, l’Art a longtemps été le seul moyen de représenter notre façon de vivre, notre monde, l’Histoire. Alors, à quoi rime un art éphémère ? Un art qui disparaît au premier coup de vent ? Avec l’apparition de la photographie, au XIXème siècle, l’Art a évolué et les préoccupations, les motivations des artistes ont également changé. Or, ne vivons-nous pas de plus en plus à l’époque de l’éphémère ? Pensons à Snapchat et à toutes ces applications qui nous permettent de créer un contenu numérique… qui disparaîtra au bout de quelques secondes ou après visionnage. Les modes ne se sont jamais succédé  si rapidement. Notre mode de consommation entier est basé sur l’éphémère, sur l’obsolescence programmée. De nombreux mouvements artistiques et artistes questionnent aujourd’hui l’éphémère de façons très diverses. Le Land Art est une des nombreuses façons d’appréhender l’éphémère.

Le Land Art, comme le Street Art (qui est lui-même héritier des graffiti qui existent depuis la nuit des temps) est un art de la trace. Une trace laissée par l’Homme dans son environnement ; de la même manière que nos ancêtres préhistoriques laissaient déjà des traces de leur passage sur les parois des grottes qu’ils habitaient. C’est une trace qui n’a pas vocation à bouleverser son environnement mais à cohabiter avec lui ; à en tirer parti, à échanger avec lui pour parvenir à créer. C’est aussi une façon de dire « J’étais là ».

Pour certains artistes, comme Andy Goldsworthy, cela se traduit généralement par la réalisation d’œuvres éphémères. Pour d’autres artistes du mouvement, comme Robert Smithson (un des plus célèbres d’entre eux), cela se traduit par des constructions, parfois gigantesques, qui s’inscrivent durablement dans la nature.

D’ailleurs, Andy Goldsworthy est aussi connu pour ses Cairns, bien plus robustes et résistants façon au temps : le Land Art ne questionne pas seulement l’éphémère mais, de façon plus globale, questionne notre rapport au temps et à l’espace, au territoire.

En France, vous pouvez notamment vous rendre à Chaumont-sur-Loire pour admirer un de ces fameux Cairn en forme d’œuf qui font la renommée de l’artiste. Andy Goldsworthy a d’ailleurs dit qu’il s’agirait probablement du tout dernier Cairn qu’il créerait ! (Source)
A terme, ses Cairn sont appelés à se fondre dans la nature, à cohabiter avec elle. Ils vont se recouvrir de mousse et d’autres végétaux, ils vont devoir affronter les intempéries, les divers ravages du temps. Dans très longtemps, on peut imaginer que ces étranges œufs de pierre auront changé de forme à force d’être balayés par la pluie et le vent. Peut-être n’y survivront-ils pas, d’ailleurs.

On peut donc dire que le Land Art est la trace d’une cohabitation, pas toujours évidente mais belle, avec la nature. En effet, dans les œuvres du Land Art, la nature est à la fois le théâtre, le matériau et l’inspiration de l’artiste.

Le Land Art et l’imprévisible

Plus encore : la nature est parfois l’artiste.

En effet, ce qui intéresse aussi les artistes du Land Art, c’est le caractère entropique de leurs œuvres. Oula, ne fuyez pas ! L’entropie, c’est quoi ? Wikipédia nous dit :

« Le terme entropie a été introduit en 1865 par Rudolf Clausius à partir d’un mot grec signifiant « transformation ». Il caractérise le degré de désorganisation, ou d’imprédictibilité du contenu en information d’un système. »

Source : Wikipédia

Pour le dire autrement, les œuvres du Land Art sont transformées aléatoirement en fonction des intempéries, du temps qui passe, des gens ou des animaux qui peuvent toucher, modifier l’œuvre, etc. C’est l’entropie : on ne peut prédire exactement comment l’œuvre évoluera dans le temps.

La photographie prend alors une dimension nouvelle : elle permet de garder une trace de l’œuvre mais aussi de constater les changements qu’elle subit dans le temps. A ce moment-là du processus créatif, ça n’est finalement plus l’artiste qui fait l’œuvre mais la nature elle-même.

D’ailleurs la nature n’est-elle pas déjà une œuvre à elle seule ? On pourrait sans doute disserter bien longtemps à ce sujet. Surtout quand l’automne arrive et recouvre les arbres de mille couleurs.


Sources :

Portail du Land Art
Éliane Elmaleh, « La terre comme substance ou le Land Art », Revue française d’études américaines 2002/3 (no93), p. 65-77.
Domaine de Chaumont-sur-Loire – Andy Goldsworthy
Culturebox – Land Art : Andy Goldsworthy édifie un « cairn » évolutif à Chaumont-sur-Loire
Wikipédia – Land Art

Webmaster à chat !

Vous avez sûrement déjà remarqué le macaron qui se trouve en bas de chaque page de Studinano : je suis une webmaster à chat !

Webmaster à chat : Studinano aime les chats !
Webmaster à chat : Studinano aime les chats !
Ancien macaron "Team blogueuse à chat".
Ancien macaron « Team blogueuse à chat ».

Ceux qui me suivent depuis longtemps (et oui, Studinano prend de l’âge : j’ai lancé le site en 2011), savent que j’ai longtemps fait partie de la team blogueuse à chat. Mais celle-ci n’existe plus. C’est pourquoi j’ai créé mes propres petits macarons.

L’idée reste la même : si vous avez un site web, un blog, un forum, une page Facebook, Twitter, Instagram, ou un profil sur une autre plateforme, et que vous souhaitez afficher fièrement votre amour pour les chats, vous pouvez prendre un des macarons et le mettre où vous le souhaitez. Idéalement, avec un petit lien vers ma page, histoire de faire connaître l’idée !

Je veux mon macaron !

Rien de plus simple ! Les voici (avec le code à copier-coller pour ceux qui veulent l’intégrer à leur site ou blog, sinon vous pouvez enregistrer l’image que vous voulez, au choix).

D’ailleurs, n’hésitez pas à me dire si vous en affichez un, que j’aille visiter votre blog ou votre site en retour !

Webmaster à chat

 

Site à chat

Internaute à chat

 

Blog à chat

 

 

J'aime les chats

 

Si vous voulez un autre macaron ou un macaron personnalisé, pourquoi pas, n’hésitez pas à me le faire savoir !

I speak english but I love cats too !

I also thought of English-speaking Internet users (or those who just prefer to have a badge in English) ! Here are badges in English for you :I love cats !

 

Webmaster with cat

Studinano et les chats

Pour ce qui est de Studinano au sein de ce « projet », sachez que vous pouvez retrouver régulièrement des nouvelles de mes chats, mes adorables Yoshi et Zelda, régulièrement, le samedi, dans le #Caturday ! Ca se passe essentiellement sur la page Facebook de Studinano mais tout est aussi publié instantanément sur ma page Twitter et sur mon compte Instagram.

Le Caturday, c’est quoi ? Simplement un jeu de mot entre les mots « cat » (chat en anglais) et « saturday » (samedi en anglais).
C’est l’occasion pour moi de faire un peu d’humour, de me présenter sous un angle un peu plus personnel et comme vous êtes déjà nombreux à me réclamer ces petites photos chaque semaine, j’imagine que ça vous amuse autant que moi de suivre les pitreries de mes boules de poils ! :D

D’ailleurs, clôturons cette page avec eux :

Yoshi et Zelda, les chats de Studinano <3.
Yoshi et Zelda, les chats de Studinano <3.

[Work in progress] Dessins : La Reine des Neiges et Jack Frost : Jelsa

Suite à une commande, j’ai réalisé deux dessins inspirés des dessins animés La Reine des Neiges (Frozen) de Disney et Les Cinq Légendes (Rise of the Guardians) de Dreamworks. L’un représente Elsa, la dite « reine des neiges » (son histoire serait inspirée du conte d’Andersen du même nom, mais… en dehors du titre, je cherche encore le rapport entre les deux histoires) et l’autre Jack Frost, personnage originellement tiré du folklore anglo-saxon, considéré comme une allégorie de l’hiver.

Le couple que l’on m’a demandé de représenter n’en est pas vraiment un car les deux personnages viennent de dessins animés différents. Mais depuis la sortie de la Reine des Neiges en 2013 (soit un an après la sortie des Cinq Légendes) les « fanarts » (néologisme formé des mots « fan » et « art », c’est-à-dire les créations imaginées par les fans à partir d’une oeuvre qu’ils admirent) ne cessent d’imaginer Elsa et Jack Frost réunis en une seule et même histoire.
Les deux personnages possédant tous deux des pouvoirs en lien avec la neige, la glace, le froid, rien de bien étonnant. D’autant plus que Disney et Dreamworks n’ont pas offert de « happy end » amoureux à ces deux personnages. Les fans s’en chargent donc à leur place. Sur le web, le couple a même son surnom : Jelsa, contraction de « Jack » et « Elsa ».

Bref, j’ai beaucoup travaillé, j’ai ajouté « ma patte » (je plaide coupable, les cheveux d’Elsa sont beaucoup plus longs que dans le dessin animé :D) et voici le résultat en quelques images :

Mise-à-jour : J’ai réalisé un deuxième fanart mettant en scène Elsa et Jack Frost. Cette fois-ci, vous pouvez les admirer en train de danser.


Découvrez tous les produits dérivés créés à partir de ces dessins ! Ils sont disponibles sur la boutique Etsy de Studinano : https://www.etsy.com/fr/shop/Studinano (Quantités limitées : les produits de notre boutique Etsy sont fabriqués à la main, en France, par moi-même. Certains produits sont uniques, d'autres disponibles en quantité très limitée.)
Découvrez tous les produits dérivés créés à partir de ces dessins ! Ils sont disponibles sur la boutique Etsy de Studinano : https://www.etsy.com/fr/shop/Studinano
(Quantités limitées : les produits de notre boutique Etsy sont fabriqués à la main, en France, par moi-même. Certains produits sont uniques, d’autres disponibles en quantité très limitée.)

Le Palais de Cristal

Palacio de Cristal, Milan, par Kimsooja
Palacio de Cristal, Milan.
Installation de Kimsooja, 2006

Nous devons la prise de cette photographie onirique à l’artiste coréenne Kimsooja. En 2006, elle investit le Palais de Cristal (Palacio de Cristal) de Madrid avec cette installation qui s’intitule « To Breathe – A Mirror « . Les fenêtres du Palais (qui ressemble à une sorte de gigantesque verrière puisqu’il fut construit en 1887 pour accueillir une exposition sur la flore et faune des Philippine) ont été recouvertes d’un film spécial et son sol de miroirs. Ainsi, les films créaient des arcs-en-ciel qui se reflétaient sur le sol, et ainsi de suite. En fond sonore, la respiration de l’artiste accompagnait la visite.

Source: – http://www.chambre237.com/un-palais-arc-en-ciel/#sthash.aJLyBqMW.dpuf
http://paristeampunk.canalblog.com/archives/2012/06/17/24516031.html

Temple of black light

Ces photographies ont été prises par le photographe américain Jon Sheer.

Il s’agit du magnifique intérieur d’un temple bouddhiste situé dans un petit village de pêcheurs de la banlieue de Phnom Penh au Cambodge. C’est un lieu incroyablement coloré et richement décoré qui a de quoi impressionner. Peint du sol au plafond, le temple est recouvert de scènes aux couleurs chatoyantes. L’endroit laisse rêveur.

Le photographe a d’ailleurs surnommé cette série de photos « Temple of black light », c’est-à-dire littéralement « Temple à la lumière noire » car l’effet obtenu est semblable à ce que l’on peut voir sur des clichés pris à la lumière noire. La lumière noire est souvent utilisée pour créer des effets esthétiques dans des soirées, faisant ressortir les blancs des tissus synthétiques, par exemple. On l’utilise également pour donner l’impression d’une certaine fluorescence. Or, cette effet est ici créé par l’association de couleurs : en particulier un bleu outremer profond fait ressortir le jaune, l’ocre ou l’or. Nous avons l’impression que ces photographies ont été prises à la lumière noire mais il n’en est rien : aucun filtre, aucune lumière particulière n’ont été utilsés. Le temple est bel et bien tel qu’on le voit sur ces clichés.

L’ensemble est hypnotique. Il forme, à mon sens, un lieu idéal de transe.

Je ne peux malheureusement pas vous apporter plus d’informations sur ce temple car je n’en ai pas trouvé. Alors si quelqu’un veut ajouter quelque chose, je serai ravie !

temple-of-black-light-04 temple-of-black-light-03 temple-of-black-light-02 temple-of-black-light