Archives par mot-clé : drawing

Halloween et Studinano

Sorcières, fantômes et autres citrouilles effrayantes : Halloween est une fête qui m’inspire. Retrouvez mes différentes créations sur ce thème sur cette page.

Cliquez pour agrandir une image.



Cliquez pour agrandir une image.

[Work in Progress] Dessin : La Fée Électricité

Informations

Titre : La Fée Électricité
Médium : Peinture acrylique sur papier Canson
Dimensions : 21 x 29,7 cm
Date : 2015


Ce dessin montre à quel point mes idées peuvent évoluer radicalement au cours de leur réalisation ! Du premier croquis à la réalisation finale, ce dessin a beaucoup changé. Il ne ressemble plus vraiment à ce qu’il était au tout départ : ce qui n’était qu’une idée lointaine s’est concrétisée au fur et à mesure du travail que j’ai réalisé. Et ça n’est pas pour me déplaire car je suis assez satisfaite du résultat que finalement j’ai obtenu (pour une fois).

Initialement, ma Fée Électricité avait un visage. Et elle n’avait d’ailleurs rien d’une « Fée Électricité » ! Mon but premier était de lui faire porter une sorte de scaphandre (elle devait, en tout cas, avoir la tête dans une sorte de bulle ou de bocal). Je visais donc plutôt un thème aquatique.
Thème que je n’ai d’ailleurs pas complètement abandonné : ma Fée semble avoir un poisson comme animal de compagnie et sa robe lui donne l’air de flotter. Et ce sont bien des bulles qui gravitent autour de ses étranges ailes.

Toutefois, avec sa tête d’ampoule, je ne me voyais pas la surnommer autrement ! Et je trouve, au final, que cela ne fait qu’accentuer son étrangeté.

Au final, j’ai choisi de la laisser sans visage. J’aurais effectivement pu réaliser ce qui était prévu au départ (c’est-à-dire, représenter ses cheveux semblant flotter autour de son visage, dissimulés en partie ou complètement sous cette masse informe). Mais une fois parvenue à ce point, j’ai décidé de m’arrêter là car le résultat me paraissait plus intéressant, plus mystérieux, plus surréaliste. Et puis, avec la multiplication des bulles autour de son casque, qui a la même forme, elle m’a donné l’air d’être une hydre : pas vraiment humaine, donc, et un peu monstrueuse dans son genre. Je l’ai donc laissée ainsi.


Voir mes autres dessins
Voir mes autres Works in Progress

Dessins : Fanarts

Les dessins présentés sur cette page sont classés du plus récent au plus ancien.

Cliquez pour agrandir une image.



Cliquez pour agrandir une image.

Jackie Coogan : du Kid à La Famille Addams !

A gauche : Jackie Coogan aux côtés de Charlie Chaplin pour The King (1921). A droite : Jackie Coogan sous le maquillage de l'Oncle Fétide dans la Famille Addams (série de 1963).
A gauche : Jackie Coogan aux côtés de Charlie Chaplin pour The Kid (1921).
A droite : Jackie Coogan sous le maquillage de l’Oncle Fétide dans la Famille Addams (série de 1964).
Le saviez-vous ?

Jackie Coogan. Ce nom ne vous dit peut-être rien pourtant vous connaissez tous la bouille adorable de l’enfant qui joua aux côtés de Charlie Chapin dans The Kid. Jackie Coogan avait alors à peine 7 ans. Mais saviez-vous que c’est le même Jackie Coogan qui, pas moins de 43 ans plus tard, interpréta le célèbre Oncle Fétide (Oncle Fester en anglais) dans la série télévisée La Famille Addams ? Méconnaissable, bien sûr, dans ce rôle, mais non moins talentueux dans son interprétation du célèbre étrange bonhomme chauve.

Les personnages inventés par le dessinateur Charles Addams à la fin des années 1930 pour le New Yorker ont inspiré deux séries télévisées, deux séries animées et deux films réalisés par Barry Sonnenfeld en 1992 et 1993. Ce sont souvent ces deux dernières adaptations qui sont les plus connues du grand public. Toutefois, il est clair que leur esthétique fut grandement inspirée par celle de la première série, avec Jackie Coogan. Et pas seulement par l’univers de Tim Burton, comme on le pense souvent.

On peut toutefois noter que dans ces deux films Jackie Coogan eut un successeur de choix puisque c’est Christopher Lloyd qui reprit le rôle de l’Oncle Fétide. Son nom ne vous dit rien ? Il s’agit du célèbre Dr Emmett Brown de Retour vers le Futur !

A gauche : Jackie Coogan sous le maquillage de l'Oncle Fétide dans la Famille Addams (série de 1963). A droite : Christopher Lloyd, qui reprit le rôle en 1991.
A gauche : Jackie Coogan sous le maquillage de l’Oncle Fétide dans la Famille Addams (série de 1964).
A droite : Christopher Lloyd, qui reprit le rôle en 1991 dans le film La Famille Addams.

Autre « enfant star » liée à cette histoire : la jeune Mercredi (Wednesday en anglais), interprétée par Christina Ricci dans le film de 1991, jouera également dans un autre film de l’univers Burtunien, Sleepy Hollow (1999) aux côtés de Johnny Depp. En 1991, elle n’a que 11 ans. Elle reprendra ce rôle dans le film de 1993. Elle a aujourd’hui de nombreux films et séries à son actif.

En haut : Dessin de Charles Addams, le dessinateur originel de la Famille Addams. En bas à gauche : Photographie des acteurs interprétant la famille dans la série de 1964. En bas à droite : Photographie des acteurs interprétant la famille dans le film de 1991.
En haut : Dessin de Charles Addams, le dessinateur originel de la Famille Addams.
En bas à gauche : Photographie des acteurs interprétant la famille dans la série de 1964.
En bas à droite : Photographie des acteurs interprétant la famille dans le film de 1991.

JE SUIS CHARLIE !

… Comment commencer un article comme celui-là ?
Je me suis longuement posée la question mais je n’ai pas trouvé de réponse adéquate. D’autant plus que la plupart de mes amis blogueurs ont préféré s’abstenir de s’exprimer sur ce qui s’est produit (ce que je comprends et respecte tout à fait, d’ailleurs). Je ne peux donc pas vraiment m’inspirer de leur propre réaction.
Quoi qu’il en soit, je ne voulais pas rester silencieuse. Je ne voulais pas non plus m’exprimer dès le premier jour, comme beaucoup l’ont fait. Pas que je n’avais rien à dire mais la tristesse et la colère auraient probablement déformé mes mots. Mercredi 7 janvier, je n’ai donc fait qu’un malheureux dessin. Et je ne suis vraiment pas douée pour ce genre de dessin. Mais j’y tenais. On essaie de faire ce qu’on peut, dans ces cas-là, j’imagine.

Aujourd’hui, je suis toujours triste, toujours en colère aussi, même si les raisons commencent à se répandre différemment. Mais je tiens à publier cet article, consacré aux très nombreux dessins et créations qui ont émergé de ce désastre.
Ils illustrent tellement bien l’adage qui veut que « rien ne se perd, tout se transforme ». Cette phrase n’en finit par d’être vraie. Heureusement ? Malheureusement ? Je ne sais pas.

Les articles que je publie sur mon blog sont généralement consacrés à l’art et à la culture. Je prends régulièrement plaisir à vous raconter pourquoi telle œuvre est ainsi faite et ce qu’elle raconte. Je fais de mon mieux. Et je voudrais faire de mon mieux, aujourd’hui encore, pour vous présenter la myriade de dessins que j’ai récolté sur la toile et qui portent tous le même étendard : Je suis Charlie.

Beaucoup de « cartoons » dans les dessins qui ne cessent de fleurir depuis mercredi. Des bandes dessinées, des caricatures. Certaines témoignent clairement du chagrin laissé dans son sillage par l’attentat meurtrier. D’autres ont préféré miser sur l’humour. Parce que Charlie Hebdo, c’était l’art de rire de tout, de tout le monde, tout le temps. « Comme des enfants » ont pu témoigner certains rescapés du journal, qui connaissaient très bien les dessinateurs disparus tragiquement. On perçoit également l’amertume chez beaucoup. Comme le sentiment d’un énorme gâchis. Pourquoi eux ? Pourquoi comme ça ? Et pourquoi a-t-il fallu qu’un tel évènement survienne pour que la France apparaisse plus soudée qu’elle ne l’avait été depuis bien longtemps ?
Certains noms d’artistes, dans cette liste, ne vous diront sûrement rien. Il faut dire que même les dessinateurs en herbe et ceux dont ça n’est pas forcément le métier ont pris la plume et l’encre pour mettre de la couleur et quelques mots (ou pas) sur ces atrocités. Il y a aussi des noms bien célèbres comme Uderzo (le papa d’Astérix), Zep (celui de Tifeuf) le caricaturiste et dessinateur de presse Plantu ou encore Philippe Geluck (le bédéiste belge créateur du Chat).
Il y a tous les styles, toutes les pattes. Il y a même des artistes du monde entier (comme les américains Nick Anderson, Rick McKee, Gary Varvel, l’Espagnole Ana Juan, en une du New Yorker, l’égyptien Mazen Kerbaj, l’iranien Mana Neyestani, le grec Alecos Papadatos, le suisse Chappatte). Pourtant, tous ces dessins sont d’une grande clarté.

Les images ont bel et bien un pouvoir, qui dépasse peut-être même celui des mots : elles ont la capacité d’être compréhensibles par tous. La lecture des images est universelle.
C’est donc d’autant plus tragique que ce soit précisément notre capacité à dessiner, développée par les hommes depuis la nuit des temps (les hommes préhistoriques dessinaient déjà !) qui ait été attaquée ce mercredi. D’autant plus qu’il s’agissait de dessins humoristiques. Or, l’humour est également le propre de l’être humain.
Quant à défendre notre liberté d’expression, je crois que vous avez été assez nombreux à le faire ce week-end, en descendant dans la rue. Je n’en ajouterai pas davantage (pas dans cet article, en tout cas) car c’était bien assez beau comme ça, quoiqu’en disent certains (que ce soit par bêtise ou pour tout autre raison, je préfère vous ignorer aujourd’hui). Toutefois, avant de passer aux dessins, je publierai seulement cette photographie, de Martin Argyroglo digne héritière de La Liberté guidant le Peuple et justement prise dimanche, Place de la République à Paris :

Martin Argyroglo
Martin Argyroglo

Passons aux dessins.
Cliquez sur un des dessins pour l’agrandir.


Si d’autres dessins vous ont plu, vous ont marqué par leur humour ou leur émotion, par leur pertinence ou leur beauté et qu’ils n’apparaissent pas dans la galerie que j’ai dressée ici (je n’ai probablement pas pu tout voir), n’hésitez pas à en parler et à partager les liens dans les commentaires, ci-dessous.

Je consacrerai également un article, dans la même veine que celui-ci, aux pancartes qui ont pu être brandies pendant les marches républicaines de samedi et dimanche, à Paris, en France et partout ailleurs. Certains des slogans qui y étaient brandis méritent d’être vus, encore et encore.