Archives par mot-clé : apple

[Work in progress] Peinture : La Corne d’Abondance

Informations :

Titre : La Corne d’Abondance
Medium : Peinture acrylique sur toile
Dimensions : 70 cm x 50 cm
Date : 2013

Pour voir le résultat final, rendez-vous sur cette page.


Pour voir le résultat final, rendez-vous sur cette page.

Dessins : Fanarts

Les dessins présentés sur cette page sont classés du plus récent au plus ancien.

Cliquez pour agrandir une image.



Cliquez pour agrandir une image.

Do not track : Il est temps d’en savoir autant sur Internet qu’Internet en sait sur vous.

Vous avez un peu de temps ? Non ? Prenez-le. Faites l’expérience de Do not track !

Do not track

Do not track, c’est quoi ?

Il s’agit d’un web-docu participatif (en partie réalisé grâce à Arte) qui vous explique (ou explicite) à qui profitent les données personnelles que vous laissez sur internet (aussi appelées vos « datas »). Elles sont en effet récoltées grâce à un mécanisme auquel vous ne pouvez pas échapper mais que vous ne connaissez peut-être pas (ou mal, comme moi) : le « tracking », décrit par le web-docu dont je vous parle comme « une industrie opaque qui génère des milliards avec ce qu’elle sait de nous ».

Flippant ? Vous n’avez encore rien vu.

"Il est temps d'en savoir autant sur Internet qu'Internet en sait sur vous" nous annonce-t-on sur Do not track.
« Il est temps d’en savoir autant sur Internet qu’Internet en sait sur vous » nous annonce-t-on sur Do not track.

Car même si vous connaissez le « tracking » (ou pensez le connaître… comme moi), Do not track prend base sa démonstration sur des exemples d’actions, de choses que vous faites chaque jour sur le web sans vous en rendre forcément compte, sans forcément savoir exactement de quoi il s’agit, sans vous poser la question, en fait… et vous démontre que vous ne savez finalement pas toujours autant de choses que vous le pensez.

Quel est le but de Do not track ?

Le but de ce web documentaire n’est pas de vous effrayer au point de vous faire abandonner définitivement l’utilisation d’internet, de tout objet connecté et d’aller vivre au fin fond du Larzac jusqu’à la fin de vos jours… (je n’ai rien contre le Larzac, qu’on se le dise) Au contraire ! Il s’agit plutôt de vous inciter à changer votre façon d’utiliser internet de manière à faire de vous un internaute actif et non plus passif. Un internaute qui sait ce qu’il fait, pourquoi il le fait et qui est conscient de la façon dont fonctionne le web. Un internaute qui connaît les grands acteurs de ce monde virtuel et la façon dont ils tirent les ficelles. Comprendre, savoir, être capable de prendre des décisions en toute connaissance de cause, c’est gagner en liberté et être capable de protéger votre vie privée et votre individualité. Pour qu’internet reste au service des internautes… et non pas l’inverse.

Par exemple, sauriez-vous expliquer ce qu’est le tracking ?
Savez-vous ce que sont les cookies et pourquoi, depuis quelques mois, chaque site vous demande de les accepter pour pouvoir naviguer tranquillement ? (ce qui est assez amusant puisque si vous êtes attentifs, vous aurez remarqué que vous ne pouvez pas refuser)
Quelles données (datas) laissez-vous sur internet ? Êtes-vous sûrs que vous êtes le seul à décider de ce que vous mettez en ligne ?
Vous n’utilisez pas Facebook ou tout autre réseau social, vous n’avez pas de blog et ne fréquentez pas les forums… Ou alors, vous faites tout cela anonymement. Pourtant, savez-vous que cela n’empêche en rien la collecte de vos données personnelles ?
Comment Google peut-il savoir que vous êtes enceinte avant même que vous ayez mis vos proches au courant ?
Savez-vous pourquoi vous devriez éviter d’utiliser le wifi gratuit dans les cafés et autres lieux publics ?
Connaissez-vous les GAFA et le pouvoir qu’ils détiennent ?
En fait, savez-vous que vos données personnelles sont le prix que vous payez pour utiliser « gratuitement » internet ?
Tout ça, Do not track vous l’explique et c’est pourquoi j’ai trouvé ce documentaire particulièrement enrichissant.

"Nous vous montrerons qui vous traque en ligne." Et vous constaterez que vous êtes traqués partout et tout le temps !
« Nous vous montrerons qui vous traque en ligne. » Et vous constaterez que vous êtes traqués partout et tout le temps !

Bref, tout ça pour dire que, personnellement, je me suis prêtée au jeu et j’ai appris des choses. J’ai trouvé ça vraiment instructif et pas mal fait. C’est pourquoi, si vous avez un peu de temps, je vous encourage à essayer également. Vous aurez à répondre à quelques questions sur votre utilisation d’internet, qui apparaîtront çà et là tout au long des épisodes (il y a 7 épisodes, ils ne sont pas très longs et vous n’êtes pas forcés de les voir tous d’un coup). C’est pourquoi je parlais de web-docu « participatif ».
Seule contrainte : vous devrez vous inscrire pour « vivre l’expérience » pleinement. Du coup, comme vous le signale le web-docu dès que vous arrivez sur sa page : « Do not track vous traque »… Pour mieux vous expliquer ce qu’est le tracking.

Bref, bon visionnage !
N’hésitez pas à me faire part de vos réactions si vous tentez le coup, grâce aux commentaires ci-dessous :)

Street art au coeur du quartier chinois de Paris

J’ai eu la chance de me rendre dans le 13ème arrondissement de Paris cette semaine (merci pour la découverte à mes accompagnateurs ! ♥) et je suis littéralement tombée amoureuse de deux gigantesques fresques ornant les façades de deux tours du quartier.

Stew, Héron Bleu / Pantónio, Tourbillon de sardines Fresque murale, Street art, 2014 Photo de Alain Delavie Tour Tivoli et Tour Sienne, Place Vénétie, Paris 13e (75)
Stew, Héron Bleu / Pantónio, Tourbillon de sardines
Fresque murale, Street art, 2014
Photo de Alain Delavie
Tour Tivoli et Tour Sienne, Place Vénétie, Paris 13e (75)

Derrière ces deux œuvres se cachent deux artistes du street art : l’un s’appelle Stew. Il est français mais puise son inspiration au Pays du Soleil Levant (bon, nous sommes là dans le quartier chinois… ça se tient un peu quand même, non ?). Dans le 13ème, c’est une gigantesque grue (l’oiseau, hein ! Une sorte de héron, si vous préférez) qu’il a peint sur la tour Tivoli de la place Vénétie. Une oeuvre qui aura demandé pas moins de trois mois de travail ! Pour un résultat qui n’est pas sans rappeler les estampes japonaises et qui est de toute beauté.

L’autre artiste s’appelle Pantónio, il est portugais et avec ses 66 mètres de hauteur et ses 15 mètres de largeur, son « Tourbillon de sardines » est actuellement la plus haute fresque d’Europe. Elle se situe tout près de sa consœur, sur la tour Sienne, sur la même place Vénétie.

Quand on pense que certains imaginent encore que le street art, ça n’est que des tags moches… Il y a de quoi relativiser, là, non ?

Ces deux oeuvres ont été réalisées à l’initiative de la Galerie Itinerrance (oui, avec cette orthographe) installée dans le 13ème arrondissement depuis 2004, dans le cadre d’un évènement surnommé « Street art 13 ». Le but affiché est de faire de l’arrondissement « un musée à ciel ouvert ».

guillemet« Depuis quelques années, la Galerie Itinerrance s’affiche à l’extérieur. Elle propose à tous curieux et amateurs de street art, de découvrir le 13ème arrondissement de Paris à travers tout un parcours de fresques réalisées par des artistes d’envergure internationale. Cette ballade ludique, en collaboration avec la mairie du 13ème arrondissement, a pour objectif de réaliser un véritable musée à ciel ouvert et d’initier le public aux pratiques artistiques actuelles.​ Par la métamorphose de ce quartier à l’aide des différentes interventions, elle apporte non seulement un rayonnement international et une dimension culturelle au 13ème , mais elle offre surtout un support et un lieu d’expression à tous ces artistes globetrotters. »

Source: Galerie Itinerrance, « Le 13ème arrondissement, un musée à ciel ouvert »

Vue extérieure de La Tour Paris 13 avant sa destruction le 8 avril 2014. Paris 13e (75)
Vue extérieure de La Tour Paris 13 avant sa destruction le 8 avril 2014.
Paris 13e (75)

Avant ça, la même galerie avait organisé un autre évènement, resté célèbre dans la Capitale : La Tour Paris 13. Déjà, il s’agissait de street art mais le tout était alors localisé dans un même immeuble. Ce dernier a aujourd’hui été détruit (c’était prévu et c’était d’ailleurs le but), laissant place à de nouveau logement sociaux. Il ne nous reste donc que des photographies du lieu qui avait alors été investi par pas moins de 108 artistes de 18 nationalités afin de recouvrir 36 appartements de 4 à 5 pièces sur 9 étages (ainsi que la façade). Le côté éphémère de l’exposition était voulu et assumé. Dans un premier temps, le projet fut d’ailleurs mené dans la plus grande discrétion par la Galerie Itinerrance avec le soutien de la Mairie du 13ème arrondissement. Le but était de faire du street art dans des conditions semblables à celles où il s’est développé : dans un lieu abandonné, voué à disparaître et/ou n’intéressant plus personne. N’oublions pas qu’avant de devenir « à la mode », le street art était une pratique beaucoup plus underground.

Notez que vous pouvez toujours retrouver la Tour Paris 13 au format numérique en allant le site www.tourparis13.fr où vous pourrez vous adonner à une visite virtuelle du lieu (ça n’est pas pareil mais c’est toujours mieux que rien !).

Sur ce, je vous laisse avec une petite galerie d’oeuvres (ci-dessous) que vous pourrez peut-être croiser, au détour du 13ème arrondissement, si vous décidez d’aller vous balader dans le secteur. La Galerie Itinerrance a d’ailleurs pensé à tout car elle propose même un plan du circuit à effectuer pour ne rien rater durant votre visite. Il y en a pour tous les goûts et il y a surtout de quoi vous en mettre plein les yeux  et vous en faire voir de toutes les couleurs !

my-paris-street-art-appEnfin, sachez que si vous voulez découvrir davantage de créations dans les rues de Paris, il existe une application pour téléphones et tablettes : My Paris Street Art. Elle vous indiquera les différents endroits de la Capitale où admirer une oeuvre d’art de rue. Le plus ? Tout utilisateur peut ajouter une oeuvre qu’il aurait déniché dans Paris et qui n’aurait pas déjà été ajoutée à l’application. Bref, un chouette projet collaboratif qui, peu à peu, génère un parcours qui permet de visiter la ville autrement.
L’application est disponible sur iOS et Android. Sachez qu’il existe également un site web, tout simplement : www.paris-streetart.com


Cet article vous a plu (ou pas) ? Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous pour me dire pourquoi ! Par exemple, d’après les photos que j’ai postées, laquelle de ces œuvres préférez-vous ?


Source:
Galerie Itinerrance
Mairie du 13ème arrondissement
Alain Delavie, Paris côté jardin, « Deux fresques géantes de street art dans le 13e arrondissement de Paris », juin 2014

ParisianShoeGals, « Street Art : Les grandes fresques du parcours Itinerrance / Mairie de Paris – Paris 13 », Mars 2014
Diaporama proposé par le journal 20 Minutes

Happy Halloween !

Halloween
Un joli pot en forme de citrouille contenant des Kalanchoe rouges et mon dernier dessin en date posé sur mes chers crayons Faber Castell. Halloween s’invite chez Studinano !

 

Joyeux Halloween à tous !
Des bonbons ou un sort ! Trick or treat ! Et tout le patatra !

Voyez-vous, je n’ai jamais vraiment fêté Halloween. Mais je suis toujours amusée de voir les déguisements que certains peuvent arborer. Certains sont vraiment des professionnels ! Leurs costumes deviennent des oeuvres d’art, de body art plus exactement.

Il faut dire qu’avec la propagation du cosplay et des conventions diverses et variées qui vont avec (Comic Con, Japan Expo, etc.), l’art du costume ne cesse de se perfectionner.

Body Art: L’art corporel, en anglais body art, est un ensemble de pratiques artistiques effectuées sur et/ou avec le corps.

D’ailleurs, certains et certaines parviennent à faire parler d’eux grâce à leur talent pour le grimage ! Par exemple, Dope2111 qui, grâce à ses transformations postées régulièrement sur Youtube, fait de plus en plus parler d’elle.
Elle tente tout ! Y compris ce qui nous semble à première vue impossible. Par exemple ? Iron Man version Robert Downey Jr., Angelina Jolie, Adèle, les princesses Disney (Pocahontas, Mulan, Belle, Cendrillon, Esmeralda etc), mais aussi Harley Quinn, la célèbre copine du Joker, Edward aux mains d’argent, Sally, la copine de Jack Skellington dans L’Etrange Noël de Monsieur Jack de Tim Burton… etc, etc, etc.

Certaines de ses vidéos ont dépassé depuis longtemps le million de vues. Et c’est en partie grâce à sa transformation en Joconde de De Vinci que la demoiselle a commencé à faire parler d’elle dans les médias français.

 

Les princesses Disney par Dope2111
Les princesses Disney par Dope2111
La princesse Pocahontas de Disney par Dope2111
La princesse Pocahontas de Disney par Dope2111

Source: http://www.paperblog.fr/6801368/toi-aussi-transformes-toi-en-princesse-disney/

 

Pour ma part, j’ai préféré faire dans la simplicité pour cet Halloween. Il faut dire que je n’ai pas le talent de dope2111 pour le maquillage… Alors j’ai dessiné o/. Je vous propose de découvrir, ci-dessous ma Sorcière et sa belle citrouille ;)

Comme toujours, cette Faceless Girl (c’est-à-dire un de mes personnages sans visage) spéciale est en vente sous la forme de t-shirts, pulls, sweats et divers accessoires (coques iPhones, iPod, iPad et Samsung Galaxy S, Kindle ou encore Nexus notamment) sur ma boutique Spreadshirt, ici : http://studinano.spreadshirt.fr/
Profitez d’ailleurs d’un code spécial aujourd’hui : SWEET2013 qui vous donnera droit aux frais de port gratuits en ce 31 octobre ;)

 

La Sorcière by Shou'
La Sorcière | The Witch
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
Halloween sur Spreadshirt
Halloween s’invite également sur ma boutique Spreadshirt !
T-shirts, pulls, sweats… mais aussi coques iPhone et Galaxy S, Kindle etc !
C’est par ici : http://studinano.spreadshirt.fr/

 

D’ailleurs, en parlant de princesse Disney, voici un petit aperçu des personnages de conte (et notamment inspirés des versions de Disney) que j’ai personnalisés en Faceless Girl. La série de dessins dont ils font partie s’intitule « Who is the Mad Hatter ? » (Qui est le Chapelier Fou ?) et tous ces personnages sont également disponibles à la vente (http://studinano.spreadshirt.fr/).

Le petit chaperon rouge by Shou'
Le Petit Chaperon Rouge | The Red Riding Hood
(Inspiré par la série Once Upon a Time)
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
Blanche Neige by Shou'
Blanche Neige | Snow White
(inspiré par le dessin animé de Disney)
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
La Méchante Reine by Shou'
La Méchante Reine | The Queen
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
La Belle et la Bête by Shou'
La Belle et la Bête | Beauty and the Beast
(inspiré par le dessin animé de Disney)
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
Not just a princess by Shou'
Not just a princess by Shou’
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper
Le Chapelier Fou by Shou'
Le Chapelier Fou | The Mad Hatter
(inspiré par le film Alice au pays des Merveilles de Tim Burton)
Aquarelle et encre sur papier Canson | Watercolor and ink on Canson paper