L’Arbre d’Usinor

Pour la petite histoire, je vis dans le Nord de la France, une région particulièrement touchée par le chômage et les fermetures d’usines depuis maintenant plusieurs décennies. Le Nord-Pas-de-Calais était pourtant une puissante région ouvrière avant son déclin. Notamment dans les domaines des mines et de la sidérurgie. Mais les mines, tout comme les grandes usines, ont aujourd’hui fermé leurs portes.

La fermeture d’Usinor fut, en particulier, très marquante pour la région. Usinor était un groupe sidérurgique français fondé en 1948. Il a fusionné, en 1986, avec Sacilor et le 18 février 2002 avec l’espagnol Aceralia et le luxembourgeois Arbed pour former le groupe européen Arcelor qui, aujourd’hui, pose encore problème aux ouvriers sidérurgiques de Lorraine (je ne m’attarde pas davantage sur le sujet, l’actualité parle malheureusement d’elle-même).
La fermeture d’Usinor, à l’époque, fit entrer le secteur que j’habite dans une phase de précarité de plus en plus forte (chômage, pauvreté, fermeture des commerces qui dépendaient du bon fonctionnement de l’usine, etc). Aujourd’hui, je vis près d’une des villes les plus pauvres de France et les choses ne semblent pas prêtes de s’arranger. La désillusion est partout. Et le pire, c’est qu’elle semble se transmettre de génération en génération. Mon sentiment, c’est que tout résonne autour de moi comme un « à quoi bon ? »

Cela me rappelle les mots de l’artiste Ernest Pignon-Ernest qui, au sujet d’une de ses œuvres, réalisée pour la ville de Calais en 1975, livre ce témoignage :

guillemet« Débarquer dans une ville et, simplement, poser un regard dessus. On m’avait conseillé d’assister au pointage des chômeurs à l’ANPE dans les sous-sols de la mairie. Un conseiller municipal m’avait prévenu : « Ici, le sentiment de résignation, il est dans les chromosomes ». Les Bourgeois de Calais de Rodin, scène archétype du renoncement, reste en effet omniprésente, au point qu’il est rare qu’une image imprègne de la sorte la conscience collective d’une cité. »

(Source : Site officiel de l’artiste)

C’est pourquoi dans le cadre d’un projet nommé G.S.M.,  encadré par mon université, j’ai choisi de travailler à partir d’une sculpture nommée « L’Arbre d’Usinor », située à Valenciennes. C’est une sculpture d’acier mesurant 6m pour une largeur équivalente et un poids total de 13 tonnes et qui a été entièrement fabriqué dans les ateliers d’Usinor (1981) avant les fermetures dans toute la région.
Elle fut montrée à Dusseldorf (Allemagne) dans le cadre de l’exposition européenne de la sidérurgie dans les années 80, preuve de la maîtrise des ouvriers l’ayant conçue. Elle sera finalement offerte à la ville de Valenciennes mais cela ne modifiera pas le destin funeste de l’entreprise. Surnommée « l’arbre de l’espoir » au moment de son installation, elle semble aujourd’hui n’être plus que le souvenir d’une époque révolue. Beaucoup de gens prennent aujourd’hui cette installation pour une quelconque œuvre d’art moderne ou contemporain abstraite à laquelle ils ne comprennent rien.

Arbre d'Usinor

Pourtant, cette sculpture n’est pas non plus, à mes yeux, un simple monument commémoratif. C’est également le symbole d’une époque, d’une société qui va mal et je n’y vois pas que la fermeture de cette usine mais une région délaissée, maltraitée, image d’un monde qui tourne mal. Son oubli, son délaissement est aussi significatif que sa réalisation, que sa raison d’être initiale.

Actuellement, il n’existe aucune source d’information concernant ce monument sur internet. Or, c’est un média important dans mon travail plastique puisqu’il est à la base de tout ce que je raconte dans mes peintures, dessins et autres créations numériques. Aucune information au sujet de cet Arbre ne sont trouvables sur l’outil d’information le plus utilisé à l’heure actuelle, ce qui veut dire une totale méconnaissance de cette œuvre… voire un oubli complet de son existence et de sa raison d’être.

Elle a pourtant été réalisée par les ouvriers métallurgistes du Nord (une profession ô combien difficile, aujourd’hui globalement oubliée mais qui a été, avec celles des mineurs, l’une des principales à faire vivre la région après la Seconde Guerre Mondiale et à relever notre pays tout entier, alors à genoux face aux nombreuses destructions). Chaque jour, des dizaines, voire des centaines de voitures passent devant sans même remarquer cette sculpture. Elle est pourtant placée sur un des ronds points d’entrée de la ville de Valenciennes, et pourrait attirer l’œil. Si seulement elle n’était pas perdue au milieu des vrais arbres qui, eux, grandissent, prennent de la place et, finalement, le rendent invisibles par leur feuillage. Un arbre perdu parmi tant d’autres ? Je trouve la coïncidence significative. Le temps passe et les blessures deviennent des cicatrices. Elles ne nous font plus vraiment mal alors on les oublie, même si on les a sous le nez chaque matin dans la douche. On finit par ne plus comprendre d’où vient cette démangeaison agaçante qui pourrit nos journées. C’est elle, l’ancienne blessure qu’on pensait pouvoir oublier.

J’ai, pour le moment, réalisé deux dessins qui pourront servir de base à mon travail plastique concernant cette sculpture. J’ai essayé de trouver une façon de démontrer l’oubli et, parallèlement, j’ai cherché à rappeler la présence des métallurgistes dans ce monument. J’espère que ces croquis donneront lieu à la création de peintures, par la suite. Et surtout à un plus vaste projet.

L’Arbre d’Usinor
Aquarelle, encre, crayons de couleurs

Arbre d'Usinor

Arbre d'Usinor

Studinano

Créatrice et administratrice de Studinano.
Artiste plasticienne. Professeur d'Arts Plastiques.
Diplômée d'un Master de Recherche en Arts Plastiques.

Et si vous laissiez un commentaire pour faire vivre ce site ? ;)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.